Ascaris est un ver parasite de l'intestin. © Christoph Burgstedt, Adobe Stock
Santé

Quand les Anglais étaient infestés de vers parasites

ActualitéClassé sous :infection , Parasites , Archéologie

Les maladies infectieuses dues aux vers parasites ont, pour la plupart, disparu des pays d'Europe. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Il y a quelques siècles, ces parasitoses faisaient des ravages chez nos voisins anglais.

Les infections dues à des vers parasites ne sont plus endémiques en Europe. Cela ne veut pas dire qu'elles ont complètement disparu, mais qu'elles sont exceptionnelles et concernent souvent des personnes en provenance de pays dans lesquels ces parasitoses font encore des ravages - notamment sous les tropiques.

Cela n'a pas toujours été ainsi, il fut un temps où les Européens étaient aussi infestés de vers. Des chercheurs anglais ont essayé de remonter le temps grâce à des œufs de parasites isolés des sépultures humaines. Au total, 17 sites historiques ont été analysés, couvrant cinq périodes de l'histoire :  la préhistoire, la période romaine (Ier au Ve siècle), la période anglo-saxonne (Ve au Xe siècle), le Moyen Âge (XIe au XVIe siècle) et les débuts de l'ère industrielle (XVIIIe au XIXe siècle). L'analogie entre la prévalence réelle des infections parasitaires dans la population des différentes périodes n'est pas rendue possible à partir de ces analyses, mais elles permettent tout de même d'imaginer les conditions sanitaires dans lesquelles vivaient ces personnes.

L'histoire des infections parasitaires en Angleterre

Les œufs collectés appartiennent à deux espèces de nématodeAscaris sp. et Trichuris sp., et à deux espèces de cestodes, Tænia spp et Diphyllobothrium latum. Les nématodes infectent l'être humain plutôt par voie contact avec des selles contaminées tandis que les cestodes sont présents dans les aliments - viande ou poisson - consommés crus ou mal cuits.

Les parasites ont été identifiés pour toutes les périodes, mais avec une grande disparité. De tous, Ascaris est le plus fréquent. Il a été isolé de près de 40 % des sites datant de la période romaine et de 30 % des sites du Moyen Âge. Ces résultats contrastent avec la présence de Trichuris, qui pourtant se transmet de la même manière, mais qui est absent des sites de la période romaine, et présent à moins de 10 % des sites du Moyen Âge. Du côté des cestodes, le ténia est le plus présent, surtout dans les sépultures préhistoriques et du Moyen Âge.

Il semble qu'Ascaris infectait préférentiellement les enfants jusqu'à 12 ans pendant le Moyen Âge, sans distinction de sexe. Les résultats pour les autres périodes et les autres parasites ne sont pas suffisamment robustes pour en tirer une quelconque conclusion.

Les œufs des quatre espèces identifiées dans les sépultures humaines en Angleterre. © Hannah Ryan et al. Plos Neglected Tropical Diseases

Le déclin des parasitoses à l'ère industrielle

Durant le début de l'ère industrielle, les parasitoses causées par les nématodes ont drastiquement diminué. Très peu, voire aucun œuf de parasite n'a été retrouvé dans deux des trois sites investigués datant de cette époque. La raison évoquée par les chercheurs est l'amélioration des installations sanitaires mais aussi l'usage en déclin du night soil - les excréments humains collectés dans les latrines et autres toilettes privées et vendues comme engrais qui a eu lieu durant les années 1830-1860.

La prévalence des parasitoses dans l'histoire est un sujet encore peu étudié, mais il semble qu'il n'était pas rare d'avoir les intestins pleins de vers en Europe, il y a quelques siècles en arrière.


Soutenez une rédaction engagée pour la vulgarisation scientifique sur Patreon ! 

Notre mission ? Rendre le savoir accessible au plus grand monde
Nous produisons chaque jour nos propres articles, enquêtes et reportages, le tout à taille humaine. Soutenez-nous dans cette démarche et cette ambition. 
Abonnez-vous à Futura sur Patreon ! 

Deux formules d'abonnement vous sont proposées avec les avantages suivants : 

  •  « Futura sans publicité » : bénéficiez d'un accès garanti sans publicité sur tout le site pour 3,29 €/mois (+TVA). 
  • « Je participe à la vie de Futura » : en plus de l'accès sans publicité, participez à la vie de notre média indépendant (votes, contenu inédit, sondages, etc.) pour 6,29 €/mois (+TVA).
Rejoignez-nous sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !