Prix et honneurs pleuvent depuis sa découverte avec l'américaine Jennifer Doudna, d'un outil « révolutionnaire » de modification des gènes. À 51 ans, Emmanuelle Charpentier décroche le prix Nobel de chimie, la récompense suprême à laquelle elle a du mal à croire.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'étonnante histoire de la création du prix Nobel La remise des prix Nobel approche à grand pas. À cette occasion, nous vous proposons de découvrir l'histoire étonnante de la création du prix Nobel.

« Bizarrement, on m'a dit plusieurs fois (que j'allais recevoir le prix) mais maintenant que ça arrive, ça ne semble pas vrai, alors qu'évidemment c'est vrai », a-t-elle confié lors d'une conférence de presse à distance.

Installée en Allemagne, la Française a découvert en 2011-2012, avec l'Américaine Jennifer Doudna co-récipiendaire du prix Nobel de chimiechimie, une technique d'édition du génome baptisée Crispr-Cas9, apte à éliminer et à ajouter des fractions de matériel génétiquegénétique avec une extrême précision.

Voir aussi

Prix Nobel de chimie 2020 : deux femmes récompensées pour la découverte des ciseaux génétiques Crispr-Cas9

Sorte de ciseaux moléculaires, ce procédé « permet de faire de la chirurgiechirurgie haute couture du gène », expliquait en 2016 à l'AFP Emmanuelle Charpentier. « Le but ultime » de cette technique « révolutionnaire » est de « corriger des maladies génétiquesmaladies génétiques humaines », ajoutait la scientifique.

À cette fin, elle a cofondé une société de biotechnologiebiotechnologie, Crispr Therapeutics, alliée au groupe Bayer, qui a permis des avancées notamment dans la lutte contre certaines maladies du sang ou certains cancers.

En 2019, sa technique a été expérimentée sur une Américaine qui souffrait d'une maladie génétique du sang, la drépanocytosedrépanocytose. Des cellules-souches de sa moelle osseusemoelle osseuse ont été prélevées, modifiées et réimplantées. Avec la même méthode, une Allemande de 19 ans a été soignée pour une autre maladie du sang, la bêta-thalassémiebêta-thalassémie.

La technique Crispr-Cas, surnommée le ciseau moléculaire, a révolutionné l'édition génomique. © natali_mis, Adobe Stock
La technique Crispr-Cas, surnommée le ciseau moléculaire, a révolutionné l'édition génomique. © natali_mis, Adobe Stock

Voir aussi

Crispr : 8 applications d'édition génétique

Un message pour les jeunes filles qui souhaitent devenir scientifique

Depuis qu'elle a découvert ce « couteau suisse » de la génétique, Emmanuelle Charpentier a accumulé plus d'une trentaine de prix et honneurs. « Je n'imaginais pas que je pourrais faire un jour une telle découverte ».

Ce qui la rend heureuse, c'est d'obtenir des résultats avec son équipe : « Je fais de la recherche (...) parce que j'ai envie de savoir ».

Ce prix Nobel partagé par un duo féminin est « un message très fort » pour les jeunes filles

Déjà distinguée par le « Prix pour les femmes et les sciences », c'est aux jeunes filles qu'elle a tout de suite pensé mercredi. Ce prix Nobel partagé par un duo féminin est « un message très fort » pour elles. A-t-elle rencontré des obstacles dans sa carrière parce qu'elle était une femme ? « Mon principal problème était d'être étrangère et de ne pas faire partie de la "famille" dans les différentes institutions pour lesquelles j'ai travaillé », expliquait-elle.

Voir aussi

Prix Nobel de physique 2020 : Andrea Ghez, sur la piste des trous noirs depuis 20 ans

Originaire de la région parisienne, Emmanuelle Charpentier est la fille d'un responsable de jardins publics et d'une surveillante en psychiatrie. Après des études de biochimiebiochimie et de microbiologie à l'université Pierre et Marie CurieMarie Curie à Paris, elle obtient son doctorat à l'Institut Pasteur, puis quitte la France à 27 ans pour les États-Unis. Elle s'installe ensuite en Autriche puis en Suède avant de rejoindre l'Allemagne, où elle prend la direction de l'Institut Max PlanckPlanck de biologie des infections à Berlin. « Le fait d'avoir bougé me donne une liberté (...). Je me suis toujours mise dans une position assez risquée » où il fallait « tout reconsidérer : soi-même, son équipe, ses projets », confiait-elle à l'AFP en 2016. La chercheuse admet « faire partie des gens qui sont un peu workaholics (ndlr : peut être traduit par bourreau de travail) », « qui se mettent à 200 % » car ils « ont besoin d'une certaine mission. »