La prise d'iode stable n'est à ce jour pas justifiée en France. © HERRNDORFF_ images, Adobe Stock
Santé

Menace de guerre nucléaire : faut-il se procurer des pastilles d’iode ?

ActualitéClassé sous :cancer de la thyroïde , médicaments , Conflit en Ukraine

Ce vendredi 4 mars 2022, l'armée russe a pris le contrôle de la plus grande centrale nucléaire d'Europe, Zaporojie. Après les menaces à peine voilées de Vladimir Poutine, la crainte d'une attaque nucléaire est légitime. Faut-il se ruer sur les pastilles d'iode ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Fukushima : histoire d'une catastrophe nucléaire  Le 11 mars 2011 se produit un séisme de magnitude 9 au Japon, entraînant la formation d’un tsunami qui va ravager des centaines de kilomètres de côtes, et inonder la centrale nucléaire de Fukushima Daiishi. 

En cas d'exposition aux rayonnements radioactifs, l'iode radioactif présent dans l'air peut être respiré ou avalé. Il se fixe majoritairement sur la glande thyroïde et accroît fortement le risque de cancer de la thyroïde. Celle-ci, située en avant du cou, est un organe clé qui permet la régulation hormonale de l'organisme. En cas de risque d'exposition, il est possible de prendre de l’iode stable pour saturer la thyroïde et l'empêcher de fixer l'iode radioactif. La posologie est de deux comprimés pour les personnes de 12 ans et plus, un comprimé pour les enfants de 3 à 12 ans, un demi-comprimé pour les enfants de 1 mois à 3 ans, un quart de comprimé pour les nourrissons de moins de 1 mois. Les femmes enceintes sont aussi concernées. La durée de protection de l'iode stable est de 24 heures. En revanche, celui-ci ne protège pas contre les autres éléments radioactifs comme le césium 134 ou 137.

Comment se procurer de l’iode stable en France ?

La distribution d'iode stable est réglementée en France. À ce jour, seules les personnes résidant ou travaillant à proximité (moins de 20 kilomètres) de l'une des 19 centrales nucléaires sont régulièrement invitées à retirer des comprimés d'iode stable en pharmacie et peuvent les conserver à leur domicile. Les entreprises et les infrastructures du périmètre disposent aussi de stocks.

En cas d'accident nucléaire, la prise d'iode stable doit avoir lieu le plus précocement possible, idéalement une heure avant l'exposition de l'individu. Celle-ci est ordonnée aux populations par le préfet, en fonction de leur lieu de résidence par rapport à la centrale accidentée.

Les pharmacies à proximité des centrales disposent de stocks d'iode stable tandis que les autres pharmacies n'ont pas de stock. Il est donc inutile d'aller en demander chez votre pharmacien de quartier. En revanche, le gouvernement dispose de stocks suffisants pour protéger l'ensemble de la population.

Seuls les habitants à proximité des centrales disposent de comprimés d'iode en France. © Bestwew, Shutterstock

Faut-il prendre des comprimés d’iode stable ?

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a publié une note le 2 mars 2022 intitulée « Prise d'iode stable : mettre fin aux idées reçues ». Ce médicament comporte des effets indésirables non négligeables, sur la thyroïde et sur le cœur. La balance bénéfice-risque n'est favorable qu'en cas de risque avéré d'exposition.

Pour le moment, il n'y a pas de risque d'exposition aux rayonnements nucléaires en France. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a affirmé que « les systèmes de contrôle radiologiques sur le site sont entièrement fonctionnels » et qu'il n'y avait « pas eu de rejets de matières radioactives » à la suite de l’attaque russe de la centrale ukrainienne.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !