Une récente étude affirme qu'il serait possible d'inverser le cours de l'horloge épigénétique grâce à une triple médication pendant un an. L'expérience sur laquelle se basent ces affirmations comporte dix patients et aucun groupe contrôle. Autrement dit, tout ceci paraît peu rigoureux.

 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : la génétique pourrait-elle inverser le vieillissement ? Ralentir le vieillissement, voire l’inverser, voilà ce que pourrait offrir la génétique dans les années à venir. Mais où en est actuellement la recherche sur ce sujet ? Futura-Sciences a interviewé Vera Gorbunova, chercheuse en biologie, lors de son allocution à TEDxCannes, afin d’en savoir plus.

Inverser l'effet du vieillissement, du temps qui passe... Une idée qui paraît autrement surréaliste. Pourtant, c'est ce que sous-entend un récent article paru dans la revue Nature qui commente une étude fraîchement publiée dans le journal Aging Cell. Avec un titre pourtant punchy et qui peut se traduire ainsi « Le premier indice que l'âge biologique de l'organisme peut être inversé », l'expérience pourtant ne convainc pas.

Comment a été réalisée cette expérience ? 

Durant un an, dix volontaires -- un échantillon ridiculement petit -- ont pris un cocktail de 3 moléculesmolécules : l'hormone de croissance, bien connue dans le milieu du combat contre le vieillissement pour ses propriétés de jouvence, et deux antidiabétiquesantidiabétiques oraux pour limiter le risque de diabètediabète induit par la prise d'hormonehormone. Pendant la duréedurée du traitement, les scientifiques ont analysé les marqueurs du vieillissement au niveau du génomegénome des participants et ont remarqué, non sans surprise, quelques résultats inattendus. « Je m'attendais à un ralentissement de l'horloge, mais pas un renversement » s'émerveille le généticiengénéticien Steve Horvath, qui a conduit l'analyse epigénétique de l'étude.

Mais avec une telle étude, il n'aura pas fallu longtemps avant que leurs pairs pointent tous ses défauts : « Il se peut qu'il y ait un effet, mais les résultats ne sont pas très solidessolides car l'étude est très petite et mal contrôlée », fait remarquer le biologiste cellulaire Wolfgang Wagner, de l'Université d'Aachen, en Allemagne. Notre article aura au moins le mérite de poser la question là où celui de Nature est affirmatif et donc potentiellement faux. 

L'horloge épigénétique des 10 participants s'est inversée dans cette expérience mais la qualité de l'étude laisse à désirer. © Motortion, Fotolia 
L'horloge épigénétique des 10 participants s'est inversée dans cette expérience mais la qualité de l'étude laisse à désirer. © Motortion, Fotolia 

La prévention aux abonnés absents 

Si les chercheurs sont enthousiasmés par leurs résultats incertains qui, selon eux, pourront permettre de s'appliquer à régénérer le système immunitairesystème immunitaire de personnes âgées ou affaiblies afin de lutter contre des maladies, force est de constater que cette étude ne sort pas de la logique curative classique. Pourtant, un mode de vie sain tout au long de la vie avec une alimentation saine et équilibrée ainsi qu'une activité physique intense et régulière et un sommeilsommeil de qualité permettent d'accroître l'efficacité de notre système immunitaire. Bien sûr, peut-être pas autant qu'une hormone de croissance mais avec moins d'effets secondaires à l'arrivée. Évidemment, d'autres études sont souhaitables et attendues avec une meilleure méthodologie et une cohortecohorte plus importante pour pouvoir statuer sur l'effet de ce cocktail « miracle » qui inverse l'âge de notre génome et régénère notre thymusthymus.