Des médecins ukrainiens ont annoncé la naissance du premier bébé à trois parents issu d’un couple traité pour infertilité. En 2015, le Royaume-Uni avait autorisé une technique de procréation utilisant l’ADN de trois parents, mais dans le but d’éviter des maladies mitochondriales graves.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 1/5 : les secrets de l'ADN L’ADN est porteuse de l’information génétique. Chaque cellule possède un noyau constitué de chnull

Le bébé est né le 5 janvier et c'est une fille. Sa conception a été réalisée par fécondation in vitro (FIV) et transfert pronucléaire, grâce à l'équipe de Valery Zukin, à la clinique Nadiya de Kiev. La maman du bébé, âgée de 34 ans, n'avait pas de maladie mitochondriale mais essayait d'avoir un enfant depuis une dizaine d'années. Elle avait fait quatre FIV qui s'étaient soldées par des échecs. La fécondation avait lieu à chaque fois, mais l'embryonembryon arrêtait son développement avant d'être implanté dans l'utérusutérus.

Les médecins ukrainiens ont fécondé l'ovocyteovocyte de la mère avec les spermatozoïdesspermatozoïdes de son partenaire et transféré le pronucleus dans l'ovocyte d'une donneuse. L'embryon a été implanté dans l'utérus de la mère, ce qui a donné un bébé dont l'ADNADN nucléaire (plus de 20.000 gènesgènes) provenait de ses deux parents, alors que l'ADN mitochondrialADN mitochondrial (37 gènes) venait de la donneuse d'ovocyte. Comme le bébé est une fille, si plus tard elle a des enfants, elle leur transmettra l'ADN mitochondrial de sa "deuxième maman".

Le début d’un nouveau type de tourisme médical ?

En 2015, le Royaume-Uni a autorisé les bébés à trois parents dans des cas où les mitochondriesmitochondries de la mère sont porteuses de graves maladies génétiquesmaladies génétiques. En 2016, un bébé à trois parents est né au Mexique, la mère portait le syndrome de Leighsyndrome de Leigh, une maladie génétique grave.

Mais l'utilisation des bébés à trois parents pour traiter l'infertilitéinfertilité est controversée, car on ne sait pas si la technique est totalement sûre. Les scientifiques s'inquiètent de voir que la méthode est employée dans des cliniques privées, en dehors de toute régulation : en Ukraine comme au Mexique, aucune réglementation n'interdit cette technique. Enfin, la publicité faite autour de cette nouvelle naissance pourrait inciter des parents qui ont des difficultés à procréer à se tourner vers cette technique.