Sublime glycine. © Truk, Pixabay, DP

Planète

La glycine : un bel arbuste grimpant

Question/RéponseClassé sous :fleurs , Glycine de Chine , Jardinage

La glycine est un arbuste pouvant offrir une hauteur de 3 à 4 mètres, parfois plus. Ses fleurs sont violettes, mauves ou blanches, réunies en grappes grêles pendantes et qui s'épanouissent d'avril à juin.

Pour offrir une floraison généreuse, la glycine a besoin de soleil. Ses fleurs en grappes délicatement parfumées n'en seront que plus belles.

Quels soins à effectuer ?

Pour aider à la reprise du pied de glycine que vous comptez cultiver, il faudra effectuer une taille courte et arroser régulièrement votre nouvelle plante. Il va falloir faire preuve de patience car la floraison de votre glycine risquer de n'apparaître qu'après plusieurs années ! Il va falloir raccourcir au-dessus de 3 à 4 yeux (ou bourgeons) toutes les pousses nées l'année précédente. Si vous disposez déjà d'une glycine bien installée, vous pourrez tailler en août la moitié de ses longues pousses feuillées, sauf celles prévues pour l'allongement de la charpente de votre plante.

Des cascades de fleurs. © Eler, Pixabay, DP

Une multiplication assez complexe

La multiplication de la glycine est assez capricieuse. Tentez toutefois d'obtenir de bons résultats en faisant appel à la technique du marcottage en été ou en début de printemps. Le principe de cette façon de procéder consiste à provoquer l'apparition de racines sur des tiges normales encore attachées au pied-mère d'un arbuste. Après émission de racines, il faudra alors séparer le jeune sujet pour le planter à un nouvel emplacement. Pour cela, couchez sur le sol un rameau souple et assez bas pour être maintenu en terre humide à l'aide d'une fourche en bois ou en métal. À l'endroit où la tige est en contact avec le sol, incisez-la légèrement à 2 à 3 reprises et humectez ces petites plaies d'une hormone d'enracinement du commerce. Des racines ne tarderont pas à se développer. Il faudra attendre que la nouvelle plante se développe un peu pour la sevrer, en coupant la tige la reliant au pied-mère, pour enfin la repiquer à un autre endroit.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

En 3D : croissance d’une racine d’Arabidopsis thaliana  Le développement d’une racine latérale d’Arabidopsis thaliana vu en 3D grâce à la microscopie par fluorescence.