La pile électrique a été inventée par le physicien italien Alessandro Volta en 1800. Aujourd’hui, plus d’un milliard de piles sont vendues chaque année en France. © Shuo, Fotolia

Planète

Combien utilise-t-on et jette-t-on de piles en France ?

Question/RéponseClassé sous :Eco-consommation , Pollution , piles

Souris, montre, jouet, télécommande... Au bureau ou à la maison, nous utilisons tous des piles au quotidien. Des milliers de tonnes de piles qui en France ne doivent pas être jetées avec les ordures ménagères, mais déposées dans un point de collecte.

Chaque année, c'est près de 1,3 milliard de piles et accumulateurs (PA) qui sont mis sur le marché en France - hors utilisation industrielle ou automobile. Cela représente environ 30.000 tonnes de matériaux. Et surtout, pas moins de 18 PA par habitant. Sachant qu'aucune d'entre elles n'est fabriquée dans notre pays. Une moitié vient de l'Union européenne et l'autre moitié des États-Unis et de l'Asie.

Notez que les piles à proprement parler - ces dispositifs non rechargeables qui convertissent une énergie chimique en électricité de manière irréversible - comptent toujours pour 89 % de ce chiffre, soit plus d'un milliard d'unités.

Depuis 1991, les piles et les batteries constituent des déchets dangereux. Elles ne doivent pas être jetées à la poubelle. Elles font donc l'objet d'une collecte sélective. Et les producteurs, de piles ou d'appareils qui en contiennent, ont une obligation de reprise et de traitement de ces déchets. Pourtant, selon une étude réalisée auprès de la filière en 2018, sur 100 piles mises sur le marché, 45 seulement seraient collectées puis recyclées. Dans le même temps, 5 resteraient stockées dans les foyers et 15 ne seraient tout simplement pas triées. Les 35 restantes étant en usage dans des appareils. Ainsi quelque 500 millions de piles usagées, soit près de 14.000 tonnes, seraient collectées chaque année.

En moyenne, il y aurait 106 piles et batteries présentes dans chaque foyer français. © Elroi, Fotolia

Trier et recycler les piles

Les piles en effet contiennent, outre du plastique et du papier, différents types de métaux toxiques. Du plomb, du zinc, du nickel ou encore du mercure. Les jeter avec les ordures ménagères, c'est les orienter sur une filière de traitement tout à fait inadaptée. Car brûlées ou enfouies, elles finiront par polluer l'environnement dans son ensemble.

Par ailleurs, les ressources naturelles ne sont pas inépuisables et leur extraction coûte elle aussi cher à la planète. Sachez ainsi que 73 % des matériaux dont sont faites les piles peuvent être récupérés - par pyrométallurgie, hydrométallurgie, distillation ou fusion - et recyclés. Le plomb peut servir à la fabrication de nouvelles batteries, le nickel, associé à du fer, peut être transformé en articles ménagers. Le zinc est intéressant pour produire des gouttières. Et le mercure peut servir dans des applications industrielles.

Ayez donc le réflexe recyclage et rapportez vos piles usagées aux points de collectes et privilégiez les piles rechargeables.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Kezako : comment fonctionne une pile ?  Que ce soit dans nos téléphones portables, lampes de poches, ou même dans nos voitures, les piles et batteries sont partout. Scellé et protégé, leur contenu est souvent mystérieux. Unisciel et l’Université de Lille 1 nous éclairent, avec le programme Kézako, sur le fonctionnement des piles dans cette courte et intéressante vidéo.