Planète

1932 : l'USS Macon

Diaporama - La grande épopée des ballons dirigeables
PhotoClassé sous :Environnement , renouveau du ballon dirigeable , Plans de la nouvelle France industrielle
1932 : l'USS Macon
Abonnez-vous à la lettre d'information Photos : chaque semaine, deux sujets traités à travers des photos remarquables.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Après la grave crise des années 1930, la marine américaine voit ses budgets restreints. Elle cherche de nouvelles utilisations aux dirigeables et décide de les expérimenter en tant que porte-avions. Conscients de leur vulnérabilité, les militaires américains les affectent à des missions de reconnaissance, l'intérêt offensif des dirigeables au combat étant moindre. Ils furent conçus de façon à transporter dans la soute des cinq avions monoplaces, pouvant être largués et récupérer en vol. Le but étant de faire du dirigeable une sorte de base de reconnaissance avancée aérienne.

Dans les archives, il est fait mention d'exercices au cours desquels, les avions retrouvaient une cible perdue en mer dans un territoire de 160 x 160 km. Plus tard, ils embarquent des biplans. On imagine aisément que la cohabitation entre un équipage de pilotes et d'aérostiers posa quelques difficultés de transmission. Les avions, des Consolidated N2Y, puis des Curtiss F9C Sparrowhawk, étaient accrochés à des trapèzes desquels ils étaient descendus pour leur permettre de prendre leur envol, le pilote devait immédiatement actionner le moteur et le mécanisme de largage. Pour revenir, il fallait se placer sous le dirigeable. Manœuvre particulièrement périlleuse. Le pilote devait viser juste pour s'accrocher à l'anneau du trapèze, puis couper le moteur.

Fabriqué par l'entreprise Goodyear, l'USS Macon, comme son jumeau l'USS Akron (ZRS-4), était construit avec une structure interne en duralumin et trois quilles intérieures. Il mesurait 239 m de long et 40 m d'envergure, pesait 108 tonnes à vide et, avec 8 moteurs diesel de 560 chevaux, pouvait emporter 83 tonnes de charges. L'autonomie était de presque 20.000 km et d'une vitesse de croisière de 93 km/h. Il pouvait embarquer 89 hommes d'équipage. Il fut mis en service en juin 1933, après le tragique accident de son sistership, l'USS Akron (ZRS-4), pour des missions de recherche classique.

Pour l'anecdote, en 1934, il eut pour mission de retrouver Franklin D.Roosevelt, parti à Hawaï en bateau, et perdu dans l'océan, afin de lui larguer les journaux récents, ce qui, à l'époque où le GPS n'existait pas, était impressionnant. Mais sa carrière fut courte : en 1935, il fut pris dans une tempête au large des côtes californiennes, arrachant une partie de la queue et entrainant la perte d'hélium. Il fut réparé sur place et finit par se poser en douceur sur l'océan permettant à l'équipage de rester en vie. Son épave gît dans la mer dans le sanctuaire marin national de la Baie de Monterey (voir vidéo ici).

L'USS Macon au hangar du centre de recherche Ames vers 1932.

© Nasa, by-sa CC0

À voir aussi :