Planète

2016 : Stratobus relance la filière française du dirigeable

Diaporama - La grande épopée des ballons dirigeables
PhotoClassé sous :Environnement , renouveau du ballon dirigeable , Plans de la nouvelle France industrielle
2016 : Stratobus relance la filière française du dirigeable
Abonnez-vous à la lettre d'information Photos : chaque semaine, deux sujets traités à travers des photos remarquables.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

À mi-chemin entre le satellite et le drone, le Stratobus est une plateforme stratosphérique autonome, pour des missions variées, civiles et militaires : protection de sites critiques maritime ou terrestre (plates-formes offshore), surveillance militaire, sécurité environnementale (feux de forêt, pollution) et scientifique. Mais aussi de télécommunication en complétant les réseaux GSM terrestres et satellitaires et en fournissant l'accès à l'Internet aux régions les plus isolées.

Intégré au pôle de compétitivité aéronautique français, le Technopole Pegase, le projet associe Thales Alenia Space en maître d'œuvre industriel et un consortium de cinq industriels français (CNIM, Solution F, Airstar Aerospace et Tronico-Alcen, et la collaboration de l'Onera) et deux étrangers. Il a été initié en 2013 dans le cadre du plan Nouvelle France industrielle et sélectionné par le ministère de l'Industrie et du Numérique avec pour objectif de relancer la filière du dirigeable français.

Ce dirigeable de 50.000 m3 (32 m au maximum de diamètre et 140 m de longueur) pourra être maintenu en position stationnaire à une altitude de 20 km au-dessus de la terre, pouvant embarquer entre 250 et 400 kg de charge utile dans la nacelle. Il est conçu pour durer 10 ans et sera réalimenté en hélium tous les ans. Alimenté à l'énergie solaire avec un générateur solaire de 1.000 m2 placé sur le dessus de l'enveloppe, le Stratobus évoluera en couche basse de la stratosphère où la densité de l'air est suffisante pour la portance du ballon, autour de 90 km/h maximum, sa motorisation électrique lui permettra de se maintenir en position stationnaire par vent de face.

Les premiers essais en vol d'un prototype en modèle réduit de 40 m d'envergure sont prévus pour 2019 et le lancement en 2020, le retour sur investissement devrait être réalisé après trois années de commercialisation.

Vue d'artiste du Stratobus présentée par Jean-Philippe Chessel lors d'une conférence en mars 2016. © Thales Alenia Space CC by-sa 3.0, Free-Photos CC0