La ferme cactus, de forme tripale, possède une ossature fine et projette ses modules dans l'espace pour dépasser les contraintes azimutales et réduire les ombres. Prenant la lumièrelumière sur 360°, elle ne peut tolérer aucune autre ombre portée. Le plan panoptique mutualise la gestion des cultures : circulations verticales, mise en relation des modules, vision d'ensemble. Comme dans une exploitation horticole, le plan structure des allées est en longueur. Bien que divisé en plusieurs unités, l'ensemble forme un bâtiment à l'échelle d'une tour urbaine.

D'un point de vue architectural, la ferme cactus est à mi-chemin entre l'équipement technique et la serre agricole. Sa forme est inspirée du système panoptique et des immeubles d'habitations en tripale du MouvementMouvement moderne (courant architectural notamment incarné par Le Corbusier) optimisant fonctionnalité et exposition à la lumière. Elle entame un dialogue avec le monde extérieur en mettant en scène son élanélan vers la lumière du soleilsoleil. Pourtant, sa parenté morphologique avec la tour émettrice radioradio rend cette tour difficile à implanterimplanter de façon contextuelle. La variation pourrait venir de la hauteur du bâtiment et de la différenciation de chaque module d'exploitation.

Si l'on peut trouver une certaine beauté dans son éloge de la technique contrastant avec un tissu urbain traditionnel, on imagine très difficilement sa réplicationréplication massive en ville, à moins que ce ne soit dans un grand aménagement dédié de type parc urbain ou grand axe. Elle s'adapte en revanche parfaitement à un dispositif d'aménagement du type de ceux qui sont pratiqués pour les lignes d'éolienneséoliennes ou les champs de panneaux photovoltaïques.

© http://www.soa-architectes.fr/fr/ - Tous droits réservés