Planète

Traits distinctifs et moeurs

Dossier - Le Harfang des neiges
DossierClassé sous :zoologie , hiboux , harfang

-

Le Harfang des neiges, Nyctea scandiaca, se reproduit dans les régions reculées de l'Arctique canadien. En hiver, il gagne diverses régions du sud du Canada, permettant à de nombreux Canadiens d'observer l'un des hiboux les plus impressionnants.

  
DossiersLe Harfang des neiges
 

Considéré comme le plus gros des hiboux de l'Amérique du Nord, le Harfang des neiges mesure presque 50 cm et, les ailes déployées, a une envergure de près de 1,5 m. La femelle est plus grande et plus lourde que le mâle (2,3 kg contre 1,8 kg en moyenne) à l'instar de la plupart des rapaces diurnes et des autres hiboux, mais à l'inverse de la majorité des autres familles d'oiseaux, une particularité qui a fait couler beaucoup d'encre.

Adulte, le mâle est presque entièrement blanc. La femelle adulte est plus sombre et arbore des plumes blanches striées de brun foncé. Les jeunes des deux sexes nés dans l'année ont un plumage plus fonçé que les adultes. Le mâle immature ressemble à la femelle adulte tandis que, vue de loin, la jeune femelle peut paraître gris foncé tant elle est striée. La couleur claire du plumage facilite le camouflage sur la neige, mais cet avantage disparaît en été. Quand le printemps approche et que le sol se découvre, les Harfangs se déplacent vers les amas de neige ou de glace pour s'y asseoir; nul ne sait vraiment s'ils le font pour tirer parti de leur coloration et se camoufler ou pour se tenir au frais.

Tous droits de reproduction interdit


Une épaisse couche de duvet, recouverte de plumes abondantes, isole tout le corps du Harfang, y compris les pattes et les doigts, ce qui lui permet de maintenir la température de son corps entre 38 et 40°C, même lorsque le thermomètre descend à -50°C. Par grand vent, le Harfang se blottit à terre derrière divers objets, comme un tas de pierres, une congère ou une balle de foin.

Les aigrettes semblables à des oreilles, caractéristiques de beaucoup de hiboux, sont atrophiées et pratiquement invisibles chez le Harfang des neiges, ce qui donne à sa tête son profil typiquement rond. Le bec noir est pratiquement dissimulé sous les plumes qui l'entourent. Les grands yeux jaunes sont encerclés de disques de plumes rigides qui réfléchissent les ondes sonores vers les oreilles situées immédiatement à l'arrière. Son sens de l'ouïe très développé aide le Harfang à déceler ses proies dans la pénombre, quand la vue est limitée.

Les yeux du Harfang ne roulent pas dans leur orbite, ce qui oblige l'oiseau à tourner la tête pour regarder sur le côté ou suivre un objet en mouvementIls renferment néanmoins plus de cellules visuelles que nos yeux et peuvent repérer de petits objets en mouvement de très loin. Comme chez les autres hiboux, le champ de vision des deux yeux, braqués vers l'avant, se chevauche largement. Cette vision binoculaire permet au Harfang de juger très bien les distances, facteur capital quand vient le moment d'attaquer une proie. Contrairement à ses cousins nocturnes, le Harfang des neiges chasse aussi bien la nuit que le jour. Une telle adaptation n'est pas surprenante quand on songe que, dans le cercle arctique, le soleil ne se couche jamais pendant presque toute la période de reproduction en été.

Quand il hiverne dans le sud du Canada, le Harfang des neiges affectionne les prairies, les marécages, les champs ou les rivages, autant d'habitats qui lui rappellent la toundra non arborée de son aire de nidification. Même si certains oiseaux errent en hiver, bon nombre d'entre eux établissent un territoire de chasse qu'ils défendront pendant deux ou trois mois.

Le Harfang des neiges passe une bonne partie de son temps juché sur un piquet de clôture, une meule de foin, un arbre, un bâtiment, les poteaux électriques ou tout autre objet offrant une vue bien dégagée. Il surveille constamment son territoire du haut de son perchoir, prêt à chasser un hibou importun ou à fondre silencieusement sur une souris ou une autre proie. La capture survient habituellement au terme d'un vol court partant du perchoir, mais le Harfang chasse également en vol, surtout dans la toundra arctique, se déplaçant lentement de 10 à 15 m au-dessus du sol, prêt à s'abattre sur une proie intéressante. Ses pattes puissantes aux griffes recourbées et noires, de 25 à 35 mm de long, réduisent rapidement à l'impuissance même la proie la plus grosse.

Le Harfang des neiges est un animal plutôt timide et silencieux, sauf pendant la nidification où il siffle, crie ou claque du bec pour chasser les intrus et n'hésite pas à piquer sur le téméraire qui voudrait examiner son nid.