Planète

Huile de palme, un désastre écologique

Dossier - Grands singes et forêt : même combat pour la planète
DossierClassé sous :zoologie , grands singes , gorille

Sauver les grands singes, c’est aussi sauver les forêts dans lesquelles ces primates vivent, et ainsi sauver toute la biodiversité de ces écosystèmes essentiels pour le climat de notre Planète, mais aussi protéger les ethnies qui y vivent et leur savoir.

  
DossiersGrands singes et forêt : même combat pour la planète
 

L'huile de palme, tout le monde en consomme chaque jour. Chocolat, margarine, plats surgelés, rouge à lèvre, shampoing... et surtout bio ou agrocarburants, autant de produits qui figurent régulièrement sur nos listes de courses et dans nos placards, mais derrière ces noms innocents, se cache un fléau : l'huile de palme, deuxième huile de consommation après l'huile de soja.

Champs de palmiers à huile. © CEphoto, Uwe Aranas, wikimedia commons, 3.0

L'or liquide Elaeis guineensis, originaire d'Afrique de l'Ouest, importé comme plante d'ornement en Malaisie, y a été cultivé à partir des années 1960 à grande échelle. Aujourd'hui, ce sont des millions d'hectares qui s'étendent à perte de vue en Malaisie et en Indonésie. L'huile de palme est une véritable manne financière. L'Indonésie accueille près de 10 milliards d'euros d'investissement étrangers dans le secteur de l'huile de palme (principalement Europe, Japon, Australie).

Cette conversion des forêts et le commerce de l'huile de palme, palmiste et tourteaux est soutenu par le FMI et la Banque mondiale. Depuis, ce sont 16,5 millions d'hectares de plantation sur des zones de forêt qui ont été programmés pour répondre à la demande, émanant notamment de l'Union européenne liée aux agrocarburants notamment.

L'industrie de l'huile de palme est un véritable fléau écologique.

Brûler la forêt pour cultiver le palmier à huile

Entre 1995 et 2003, les surfaces consacrées à la monoculture du palmier ont augmenté de 118 %. Or, pour préparer les sols, les propriétaires des plantations ont recours au brûlis à très grande échelle d'où l'émission de quantités titanesques de CO2, un gaz à effet de serre dont les conséquences dramatiques sur le réchauffement climatique a été démontré par les études des scientifiques du GIEC.

L'huile de palme, un désastre écologique et social

Ces vastes monocultures mettent en péril la forêt tropicale et sa biodiversité dont les orangs-outans qui comptent parmi les premières victimes avec les gibbons, les tigres de Sumatra et bien d'autres espèces de ces feux de forêts et conversion des sylves en plantations. De plus, elles bafouent les droits des populations locales à qui l'on confisque les terres sans aucune forme de compensation. Dans quelques années, 10 ans tout au plus, la forêt de Sumatra aura disparu, et sera suivie de près par celle de Bornéo qui part, mois après mois en fumée sans que personne ne semble s'en soucier.