Une photo satellite du FSO Safer prise en juin 2020. © 2020 Maxar Technologies

Planète

Ce pétrolier à la dérive menace la mer rouge d'un désastre écologique

ActualitéClassé sous :marée noire , yémen , catastrophe pétrolière

Dans la mer Rouge, un vaisseau de stockage de pétrole laissé en friche menace de libérer sa cargaison. L'équivalent de plus de 1 million de barils de pétrole pourrait se retrouver dans la nature.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des embryons de harengs en liberté après une marée noire  Embryons de harengs après la marée noire du Cosco Busan (2007). Les images montrent des embryons prélevés en 2008 (aucune mobilité lorsqu'ils sont stimulés). Ceux de 2010 ont retrouvé leur mobilité. © Incardona et al. 2011, Pnas 

Depuis 2015, une véritable bombe à retardement écologique menace d'exploser au large des côtes de la mer Rouge. Près des rivages du Yémen, le FSO Safer, un vaisseau de plus de 300 mètres de long destiné à stocker du pétrole provenant du plus gros pipeline du pays, est laissé à l'abandon avec, dans son ventre, l'équivalent de plus d'1 million de barils de pétrole brut léger. Le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) a tiré la sonnette d'alarme, le navire menace de déverser sa cargaison dans les eaux de la mer Rouge.

« Si cela se produit, ce sera une catastrophe environnementale qui impactera les écosystèmes mais aussi les vies de 28 millions de personnes qui ont besoin de ces écosystèmes pour vivre », peut-on lire dans un communiqué d'Inger Andersen, directrice exécutive du Programme environnemental des Nations Unies, datant du 16 juillet 2020.

La diffusion du pétrole dans la mer Rouge provenant du FSO Safer modélisée pour Juillet-Septembre. © Riskaware

Des conséquences écologiques et sanitaires importantes

Le FSO Safer est ancré à 4,8 miles marins (environ 9 kilomètres) de Ras Isa et aucune maintenance n'y a été apportée depuis près de cinq ans. Pourtant, l'eau salée et les embruns rongent chaque jour la coque en métal, faisant craindre aux Nations unies plusieurs scénarios catastrophes. L'eau salée pourrait percer la coque et provoquer la fuite progressivement des 1,148 million de barils de pétrole qu'il contient dans la mer Rouge ; ou bien, le gaz présent dans le FSO Safer pourrait être à l'origine d'un incendie et d'une exposition gigantesque qui verrait une énorme quantité de pétrole se libérer au même moment.

Dans tous les cas, les conséquences pour l'environnement de cette marée noire pourraient être désastreuses. La société anglaise Riskaware, spécialisée dans la modélisation d'incident, a tenté de prédire les conséquences d'une fuite du FSO Safer. Selon eux, 100 % des poissons vivants le long des côtes yéménites seraient touchés, la fermeture du port de la ville d'Al Hodeidah (quatrième ville du pays) pourrait faire flamber le prix du baril, enfin, près de 500 km2 de terres cultivables près du rivage seraient polluées et non-exploitables.

De plus, si le FSO Safer cède dans les prochains mois, entre Juillet et Septembre, la force des vents et des courants à cette période de l'année diffuserait la marée noire sur une zone bien plus grande que les seules côtes du Yémen en seulement quelques jours. Désormais, le compte à rebours est lancé.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !