Planète

Marée noire sans précédent aux Philippines : drame écologique et humain

ActualitéClassé sous :Terre , marée noire , Philippines

Vendredi dernier, le pétrolier Solar I croisait comme tant d'autres dans l'archipel des Philippines, entre les îles de Panay et de Guimaras, lorsqu'il s'est abîmé en mer et a sombré par 900 mètres de fond. Depuis, les deux millions de litres de pétrole qu'il transportait s'échappent peu à peu, et ce sont déjà 200.000 litres de mazout qui ont fui et s'étendent sur une surface de 20 milles nautiques carrés.

Greenpeace parle de « bombe à retardement pour l'environnement et les populations », et les autorités locales considèrent cette marée noire comme la plus grave jamais connue aux Philippines. Pour endiguer ce fléau, un appel à l'aide internationale a été lancé mercredi.

Une marée noire sans précédent touche les Philippines Les autorités ont fait appel à l'aide internationale (Courtesy of AFP/HO/Philippine News Service)

« Nous ne disposons pas de l'équipement nécessaire à la récupération des navires abîmés à cette profondeur. C'est pourquoi nous lançons un appel à l'aide internationale ». C'est en ces termes que, cinq jours après le naufrage du pétrolier Solar I, le porte-parole des gardes-côtes Joseph Coyme a demandé l'aide du Japon et de l'Indonésie pour remettre l'épave à flots.

Pris au piège dans une mer agitée, le Solar I s'est abîmé à 500 kilomètres au sud-est de Manille, entre les îles de Panay et de Guimaras. A l'heure d'écrire ses lignes, 200.000 des deux millions de litres que contenait le navire se sont échappés, et 200 kilomètres de côte de Guimaras sont déjà souillés par la marée noire. Des mangroves et des récifs de corail sont directement menacés.

Les associations de protection de l'environnement ont les yeux braqués sur la réserve marine de l'île de Taklong, située au sud de l'île de Guimaras. Elles assistent impuissantes à la pollution de cette zone de grande diversité, qui servait jusque là de lieu de reproduction et de source de nourriture pour plus de 140 espèces de poissons.

Des experts britanniques devaient arriver sur place dans la journée. Ils auront pour mission d'évaluer les diverses fuites. D'après les autorités, il faudra plusieurs années pour gommer les effets dévastateurs de cette marée noire sans précédent.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi