Planète

Vitré, son château fort et le château des Rochers-Sévigné

Dossier - Tourisme en Ille-et-Vilaine
DossierClassé sous :Voyage , Ille-et-Vilaine , tourisme

-

Ce dossier consacré au tourisme en Ille-et-Vilaine présente notamment Vitré et quelques châteaux remarquables du département. Nous nous rendrons également au magnifique cap Fréhel.

  
DossiersTourisme en Ille-et-Vilaine
 

Vitré est une ville d'Ille-et-Vilaine située à l'est de Rennes. Son centre historique vaut le détour, avec son château fort du XIe siècle, tout comme le château des Rochers-Sévigné, qui se trouve quant à lui plus au sud de la ville.

Le nom de la ville de Vitré viendrait du gallo-romain Victor, ou Victrix, nom du propriétaire d'un domaine de la région. La commune se trouve dans la région des Marches de Bretagne, sur les pentes de la Vilaine. Elle est coupée en trois parties : les quartiers nord, le centre-ville historique et les quartiers sud. Vitré était une halte sur le chemin secondaire du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le centre historique de Vitré vaut le détour, avec son château fort du XIe siècle. © Dav, CC by-nc 2.0

Le gallo, la langue d'oïl de Haute-Bretagne 

Le gallo est issu du latin populaire et apparenté aux autres langues romanes d'Europe : héritier du latin de Gaule, il a reçu diverses influences. Les emprunts au breton sont sensibles au contact de la zone bretonnante. « Le gallo a servi d'intermédiaire pour fournir au breton une foule d'emprunts depuis le XIe siècle et il permet de mieux connaître le breton et son histoire ». L. Fleuriot. Préface. Le gallo et les langues celtiques, de C. Capelle, 1988.

Le château fort de Vitré

Le château fort de Vitré est l'une des plus imposantes et des plus belles forteresses de Bretagne (voir la photo ci-dessus). Guy XV de Laval l'abandonna sans combat aux troupes d'occupations françaises en 1487. Le parlement de Bretagne s'y installa lors des épidémies de peste de 1564, 1582 et 1583.

Le château des Rochers-Sévigné, résidence de Madame de Sévigné

Il ne faut pas confondre le château fort de Vitré, qui se trouve au centre-ville, et le château des Rochers-Sévigné, plus au sud, qui est un manoir. Ce dernier n'est autre que l'ancienne résidence bretonne de Madame de Sévigné.

À l'époque de la naissance de Madame de Sévigné, vers 1620, la ville aurait compté 7.500 habitants. En 1762, la ville comptait autant d'habitants qu'aujourd'hui (Insee). En 1789, la population atteignait 10.850 habitants et, sous le Second Empire, en 1861, 8.904. On recense 15.500 habitants en 2000 ; Vitré est la quatrième ville du département.

Jardin et château des Rochers-Sévigné, près de Vitré. © Fanchonline, CC by-sa 3.0

Histoire de Vitré

Le site fut occupé dès le Néolithique. Une ferme gallo-romaine bien conservée du IIIe siècle av. J.-C. a été découverte en 2006, un ensemble unique dans l'ouest de la France. 

L'an 1000 marqua la naissance d'une agglomération avec un petit château en bois sur une motte féodale à Sainte-Croix qui sera légué aux moines bénédictins de Marmoutier. Un autre château, en pierre, fut construit en 1070 par Robert Ier sur un éperon rocheux dominant la Vilaine (c'est le château fort de Vitré : voir la première photo de cette page). 

Puis, au XIIIe siècle, la ville fut encerclée par des remparts et des fossés. C'est à cette époque que la ville prit son aspect actuel. 

Au XVe siècle, le château se transforma, la ville se développa, avec des maisons à pans de bois, et, en 1472, une confrérie de commerce international de textile fut fondée. L'apogée de la ville se situe au XVIe siècle, avec les confréries des marchands d'outre-mer qui vendaient leurs toiles de chanvre et leur canevas dans toute l'Europe.

Au XVIIe siècle, les barons préférèrent Versailles ; Vitré s'endort alors dans ses remparts. Cette situation dura jusqu'à l'arrivée du chemin de fer au XIXe siècle.

Maison à colombages rue de la Poterie. © Thierry de Villepin, CC by-sa 3.0

Le centre historique de Vitré

C'est une des villes de Bretagne qui a conservé son aspect d'autrefois, avec ses maisons à porche, à pans de bois, ses remparts, son patrimoine religieux, ses vieilles rues, etc.

Vitré est un bon exemple d'une ville d'il y a 500 ans :

  • les remparts est de Vitré, sur la promenade du Val ;
  • les remparts et les tours d'angles ;
  • le château des Rochers-Sévigné ;
  • le château Marie ;
  • l'hôtel Ringues de la Troussanais ;
  • les vieilles rues et places ;
  • l'église Notre-Dame ;
  • la tour-clocher ;
  • le jardin du parc ;
  • l'église Notre-Dame (XIVe siècle, gothique flamboyant) ;
  • la tour de l'ancienne église Saint-Martin ;
  • le couvent des Augustins.

Madame de Sévigné, femme de lettre française (voir la page suivante), possédait donc le château des Rochers-Sévigné, dans la campagne environnante. Elle a décrit, dans ses fameuses lettres, la vie urbaine de Vitré au XVIIe siècle. 

Gérard de Nerval est venu à Vitré en 1833. L'action de son roman Le Marquis de Fayolle se déroule dans la région : « Vitré est sans doute la ville de France qui a le mieux conservé sa physionomie du Moyen Âge. Elle a toujours ses vieux porches en bois à colonnes, à peine dégrossies, enjolivées de sculptures ébauchées, ses maisons d'ardoises avec pignon sur rue, ses fenêtres étroites et bizarrement percées, suivant les caprices ou les besoins des nouveaux propriétaires... »

À voir à Vitré

  • Le musée du château fort de Vitré

Fondé en 1876 par Arthur de la Borderie, historien vitréen, dans l'esprit encyclopédique de l'époque. Il est axé sur la présentation du château fort médiéval.

  • Le musée Saint-Nicolas

Cette ancienne chapelle des hôpitaux des XVe et XVIe siècles a vocation à présenter l'art sacré et l'orfèvrerie religieuse française des XIXe et XXe siècles.

  • Le château-musée des Rochers-Sévigné

Séjour breton de Madame de Sévigné, construit au XVIIe siècle, il a conservé les dispositions des manoirs bretons. Le château abrite une exposition des objets, mobiliers et portraits relatifs à Madame de Sévigné.

  • Le musée de la Faucillonnaie

Il est consacré au patrimoine rural du pays de Vitré.