Planète

Le Cotopaxi et le Chimborazo

Dossier - Les colosses de l'Equateur
DossierClassé sous :Volcanologie , Volcan , équateur

-

Ce triptyque sur les volcans fascinants est réalisé par des scientifiques de l'IRD, après ceux de l'Equateur, les vocans du Vanuatu, et du Chili...

  
DossiersLes colosses de l'Equateur
 
Le Chimborazo est le plus haut volcan et le point culminant d'Equateur et des Andes du Nord. Ce volcan est constitué par trois édifices successifs.
Une Vigogne, l'un des deux camélidés sauvages d'Amérique du Sud et le volcan Chimborazo (6 310 m), en Équateur, le plus haut sommet du monde. © David Torres Costales - CC BY-NC 3.0

Le Cotopaxi (5897 m) est un des volcans équatoriens qui a connu le plus d'éruptions historiques. La dernière (plus d'un millier de victimes) a eu lieu en 1877. Ce volcan est instrumenté et surveillé par l'Institut de Géophysique de l'EPN (Escuela Politécnica Nacional) depuis 1976, ce qui permet d'avoir un certain recul vis à vis d'éventuels changements de son activité.

Le volcan Cotopaxi, Equateur © IRD/Michel Portais

Depuis la fin novembre 2001, le Cotopaxi connaît une augmentation importante de son niveau de séismicité, passée d'un "bruit de fond" dépassant rarement 20 séismes par jour à des pointes à plus de 100 à 200 événements quotidiens en janvier 2002. Corrélativement, un petit panache de vapeur est observé par intermittence au-dessus du cratère. Le suivi quotidien de l'activité sismique (en quantité et en typologie) au cours des derniers mois et son analyse nous permettent de penser qu'une injection de magma frais de type andésitique a eu lieu en profondeur sous le volcan, générant la sismicité observée et le réchauffement de l'édifice.

Sommet du Cotopaxi en janvier 2001, Equateur © IRD/Jean-Philippe Eissen

Cependant, il semblerait que ce magma frais se soit arrêtée à 8-10 km de profondeur et que, pour l'instant en tout cas, tout le système se soit stabilisé. En conséquence, l'IRD et ses partenaires ont renforcé la surveillance de ce volcan, installant des stations sismiques supplémentaires et des détecteurs de lahars. Les autorités équatoriennes et la "Défense Civile" équatorienne ont été informées du changement de comportement du volcan et sont tenues au courant de son évolution.

Sommet englacé (environ 6000 m) du volcan Cotopaxi, en octobre 1995. Il a eu de nombreuses éruptions rendues fort dangereuses par la fusion partielle de la calotte glacière sommitale et les coulées boueuses qui en découlent © IRD/Michel Monzier

Le Cotopaxi dont les archives historiques sont les mieux connues, et dont l'histoire volcanique des deux derniers milliers d'années est assez bien connue vient de dépasser sa période de récurrence éruptive : 125 ans pour les éruptions notables. La reprise d'activité interne a amené d'Institut Géophysique de l'EPN et l'IRD à réactualiser les deux cartes de menaces relatives à ce volcan. L'aléa le plus dangereux est l'émission de coulées boueuses en direction de Latacunga (10 000 habitants) au Sud, et/ou en direction de Quito vers la Nord. Dans cette direction, une partie du Valle inter-andin fortement urbanisé est menacée (plus de 20 000 personnes).

  • Le Chimborazo, point culminant d'Equateur

Les dépôts d'une très grande avalanche (étendue sur 260 km2 pour un volume de 8 km3, recouvre toute la plaine de Riobamba, capitale de province) a largement détruit l'édifice antérieur au cône actuel.

Le volcan Chimborazo au petit matin (Equateur) © IRD/Francis Kahn

Une avancée significative a été faite par la datation vers 8 000 ans BP de l'avalanche du Chimborazo, alors que son âge était estimé à environ 35 000 ans. Cet âge remet en cause tous les concepts antérieurs sur l'évolution structurale, les débits et cycles éruptifs de l'appareil sommital, concentrés sur une période courte.

En effet, d'importantes retombées de cendres et de ponces, intercalés à des dépôts de nuées ardentes montrent que l'activité récente, post avalanche du Chimborazo est constituée par des cycles explosifs : plusieurs dizaines d'événements notables. Tout ceci montre que le volcan Chimborazo est un volcan qui doit être considéré comme actif et dangereux.