Planète

Les dégâts engendrés par le sac plastique

Dossier - L'estocade aux sacs jetables
DossierClassé sous :développement durable , Incontournables , sac jetable

-

Les sacs de caisse en plastique, non biodégradables, sont devenus les symboles insupportables d'une société de consommation dite du «Jetable » qui pour une utilisation minime met en danger toute la chaîne de la vie pendant des centaines d'années.

  
DossiersL'estocade aux sacs jetables
 

A - Les sacs plastiques sont nocifs pour la faune et la flore aquatique.

En effet, au-delà de la pollution visuelle, la faune et la flore aquatiques sont mises en péril. Sur le littoral, ces déchets échoués ont une durée de vie de plusieurs centaines d'années (entre 100 et 400 ans selon les conditions). Il est prouvé qu'ils provoquent une modification des éco-systèmes meiobenthiques littoraux (faune interstitielle de petite taille, quelques millimètres) en empêchant la pénétration de la lumière dans l'eau, donc le développement des organismes photosynthétiques végétaux nécessaires à l'alimentation des animaux herbivores. Par ailleurs, ils repésentent un danger pour les grands organismes marins (tortues, cétacés, thons..) en provoquant leur étouffement ou étranglement (ex : échouages anormal de tortue luth sur les plages du golfe de Gascogne) . Immergé, chaque sac met 400 ans à disparaître. C'est le même temps qu'il faut à un mètre carré de posidonie, fleur aquatique, clé de voûte de l'écosystème marin, pour se régénérer .

B - Les sacs de caisse engendrent une pollution visuelle

Chaque année, 5 millions de tonnes de déchets sont rejetées à la mer, dont 60 à 95% des déchets plastiques (sacs à usage unique, bouteilles, emballages divers). Ainsi, 122 millions de sacs à usage unique jonchent en permanence le littoral français. Un sac à usage unique échoué dans la nature suffit à dégrader la beauté d'un paysage. Dans les décharges à ciel ouvert, ces sacs, légers, s'envolent et les vents les repoussent vers les côtes. De plus, l'utilisation des sacs à usage unique en PE encourage les collectivités locales à choisir l'incinération comme technique d'élimination des ordures ménagères avec les problèmes sanitaires que cela pose.

C - L'incinération engendre des rejets de dioxines, dangereuses pour la santé.

Lors de l'incinération des ordures ménagères, les sacs à usage unique sont mélangés aux fermentescibles (résidus alimentaires), et servent de carburant pour entretenir la combustion. L'utilisation des sacs à usage unique encourage donc la filière incinération en fournissant un comburant facile d'accès (coût, source...). Or, l'incinération des fermentescibles émet des dioxines cancérigènes. Une solution : la suppression des sacs à usage unique en PE et le développement de la filière compost permettraient de pallier ces risques sanitaires.

D - Les sacs à usage unique participent à l'épuisement des réserves de pétrole.

En 2001, en France, 6,56 millions de tonnes de matières plastiques ont été produites dont 72 000 tonnes utilisées pour la production des sacs à usage unique. Cette quantité de matière est non négligeable puisqu'elle est équivalente à 3 milliards de brosses à dents ou 1,85 milliards de bouteilles de lait.