Le pollen de bouleau est transporté par le vent et peut conduire à des réactions allergiques. © Ingo Bartussek, Fotolia

Planète

Anémogamie

DéfinitionClassé sous :botanique , anémogamie , anémophilile

L'anémogamie est le transport du pollen par le vent. Le terme provient de mots grecs, anemos signifiant vent et gamos mariage. Les botanistes parlent aussi d'anémophilie, souvent synonyme d'anémogamie ; d'après l'étymologie grecque, une plante anémophile « aime le vent ». Le pollen, émis par les étamines de la fleur, contient les gamètes mâles. Il doit être transporté jusqu'au pistil d'une autre fleur, pour y rencontrer le gamète femelle. En effet, même si souvent les fleurs sont à la fois mâles et femelles, elles ne peuvent pas s'autoféconder dans la plupart des cas : le plus souvent, les fleurs utilisent une pollinisation croisée et donc une fécondation croisée, ce qui favorise le brassage génétique.

Comme les plantes sont fixées au sol, elles doivent trouver des moyens pour le transport du pollen d'une plante à l'autre. C'est pourquoi elles utilisent le vent ou des animaux pour cette tâche. Lorsque des insectes comme les abeilles transportent le pollen d'une fleur à l'autre, on parle d'entomogamie. Si d'autres animaux comme des oiseaux transportent le pollen, on parle plutôt de zoogamie. L'anémogamie est fréquente chez les Gymnospermes.

Une émission importante de grains de pollen

L'anémogamie n'est cependant pas très efficace : il faut émettre beaucoup de pollens pour qu'ils aient une chance de tomber sur une fleur femelle. Le pollen transporté par le vent est généralement fin et léger pour être plus facilement transporté. Les pollens transportés par le vent peuvent favoriser des allergies respiratoires et le rhume des foins. Les plantes qui utilisent le vent pour le transport du pollen sont notamment les graminées, conifères, bouleaux, noisetiers...

Par exemple, pour le pin, au printemps, les cônes mâles libèrent une abondante poudre jaune contenant les pollens. Ceux-ci peuvent être transportés sur des centaines de mètres voire des kilomètres par le vent. Le grain de pollen présente deux ballonnets afin d'être mieux porté par le vent. La majorité du pollen est perdu et n'arrive pas sur des cônes femelles.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Palynologie : reconstituer le paysage d’une époque grâce au pollen  La palynologie consiste en l’étude des spores et du pollen. Sur un site de fouilles archéologiques, elle permet de reconstituer l’environnement et le paysage d’une époque donnée afin d’en comprendre l’impact sur les anciennes civilisations. L’Inrap nous en dit plus durant ce court reportage.