Une « rivière de poissons morts » en Australie – la catastrophe vue de l'espace

Classé sous :Réchauffement climatique , canicule , Australie

Un parfum de mort flotte à nouveau sur le plus vaste bassin hydrographique d'Australie, comme des centaines de milliers de poissons ont succombé suite à une canicule record, pour la deuxième fois en moins d'un mois. Près d'un million de cadavres de poissons avaient été observés trois semaines plus tôt, pourrissant également dans le bassin Murray-Darling en Nouvelle-Galles du Sud. Les experts s'attendent à ce que cette série noire se poursuive, anticipant la mort « d'un grand nombre de poissons actuellement en détresse » et des températures toujours en hausse.

D'après les inspecteurs du Department of Primary Industries de Nouvelle-Galles du Sud, la « catastrophe environnementale » est imputable, comme la première fois, à une efflorescence algale favorisée par les records de chaleur (jusqu'à 49°C la semaine dernière) et la sécheresse (pas de renouvellement des masses d'eau), suivie par une prolifération de bactéries mangeuses d'algues qui ont fait chuter les taux d'oxygène dans l'eau, asphyxiant les poissons. Le satellite d'observation de la Terre Sentinel 2 de l'ESA a observé ce mardi le bassin hydrographique Murray-Darling, dont les lacs ainsi que la rivière Darling serpentant à proximité, sont envahis par les algues.

Un rapport de la Commission royale du bassin Murray-Darling pointe du doigt une mauvaise gestion de l'eau par le gouvernement, qui a créé les conditions favorables à l'efflorescence algale et par suite à ces hécatombes. Les vagues de chaleur et l'absence de précipitations ont donné le coup de grâce.

Le bassin hydrographique Murray-Darling en Australie, vu par le satellite Sentinel 2 le 29 janvier, où pour la deuxième fois en trois semaines des centaines de milliers de poissons ont été décimés suite à la sécheresse et à une prolifération d'algues. L'image a été traitée pour que ces dernières apparaissent en fluo. © Esa, Copernicus EU