Le Prozac transforme les guppies en zombies

Classé sous :Pollution aquatique , Prozac , fluoxétine

Le Prozac (fluoxétine) est un antidépresseur très couramment utilisé dans les épisodes dépressifs et les troubles obsessionnels compulsifs. Mais chez les poissons, son action est loin d’être aussi bénéfique : les poissons ne deviennent pas plus gais, mais évoluent vers un état totalement apathique et perdent leur personnalité.

Des chercheurs de l'université d'Australie de l'Ouest, à Perth, ont plongé 3.600 guppies dans des aquariums avec soit de l'eau douce, soit de l'eau chargée en fluoxétine, puis les ont laissés barboter pendant deux ans (soit 6 générations) pour étudier les effets à long terme.

Alors que les poissons élevés dans l'eau douce présentaient un large éventail de comportements (certains se précipitant sur une cachette, d'autres étant enclins à prendre leur temps), les guppies exposés à la fluoxétine semblaient tous modérément actifs et dépourvus de personnalité. « Les guppies exposés au médicament étaient comme des zombies ayant perdu leur individualité », témoigne Giovanni Polverino, principal auteur de l'étude parue dans Proceedings of the Royal Society B. « Au total, on observe moitié moins de variations du niveau d'activités parmi les poissons drogués, ce qui rend le spectre de personnalités beaucoup plus étroit. C'est quelque chose que je n'ai jamais vu auparavant », explique le chercheur au magazine Science.

Il peut sembler un peu incongru de tester les effets d'un antidépresseur sur des poissons. Il s'agit pourtant d'un problème bien réel, car les effluents contenant des substances pharmaceutiques peuvent contaminer les rivières et affecter la faune aquatique. La modification des comportements pourrait transformer l'écosystème : des poissons qui se déplacent davantage pourraient bénéficier de plus de nourriture ou plus de partenaires. Mais ils pourraient aussi rencontrer des prédateurs plus souvent, signale Giovanni Polverino. Un effet secondaire qui ne figure pas sur la notice du Prozac.

Les guppies sous Prozac perdent leur personnalité. © Liesel Elliott, Flickr