Non, cette image de l'Australie en feu n'est pas une photo prise par satellite

Classé sous :Incendie , Incendies en Australie , image 3D

Huit millions d'hectares, soit une surface équivalente à celle de l'Irlande, sont déjà partis en fumée depuis septembre en Australie. Les images de ciel rougi et de kangourous fuyant les flammes ont fait le tour des réseaux sociaux. Ces dernières heures, on a également vu circuler une impressionnante photo postée par le graphiste australien Anthony Hearsey, montrant l'Australie vue du ciel en train de brûler. Sauf que cette image reprise en boucle n'est pas une photo satellite de la Nasa, mais un montage reconstitué à partir de données du site Firms de la Nasa, spécialisé dans les données satellites concernant les incendies, entre le 5 décembre 2019 et le 5 janvier 2020.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Anthony Hearsey (@anthony_hearsey) on

« C'est une visualisation 3D des incendies en Australie. PAS UNE PHOTO. Pensez à ça comme un graphique plus joli », insiste le graphiste sur sa page Facebook. « L'échelle est un peu exagérée, en raison de la lueur du rendu. Notez également que toutes les zones ne continuent pas à brûler », précise-t-il en commentaires de sa photo postée sur Instagram. « L'image était destinée à paraître sombre et menaçante, un peu comme ces incendies dévastateurs. Malheureusement, certaines personnes, y compris les médias du monde, sautent les détails et confondent l'image avec une photographie », déplore pour sa part Ion Studio, l'entreprise pour laquelle travaille le graphiste.

Il n'empêche que les dégâts des incendies en Australie ont une portée considérable. Les feux de brousse et de forêt ont déjà relâché 350 tonnes de CO2 dans l'atmosphère depuis le début de la saison, soit les deux tiers des émissions annuelles de l'Australie. Des milliers d'animaux sont morts dans les flammes et des millions d'autres ont perdu leur habitat et leur source de nourriture.

L’image rassemble tous les feux de forêts allumés ou éteints, survenus entre le 5 décembre 2019 et le 5 janvier 2020. © Anthony Hearsey, Facebook