Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Avec CarbonWorks, de la capture de CO2 à la production de matière première Les microalgues photosynthétiques sont comme des usines naturelles à capter le dioxyde de carbone (CO2) et à le transformer en molécules qui peuvent être intéressantes pour l’industrie. CarbonWorks, une start-up française, a développé un photobioréacteur qui permet d’industrialiser le processus. Et ainsi de doublement décarboner l’industrie en captant le CO2 qu’elle émet et en lui permettant ensuite de remplacer la matière première fossile dont elle est friande par de la matière première biosourcée produite à partir de microalgues. (en anglais) © CarbonWorks

En Norvège, près d'anciennes exploitations pétrolières, un futur dispositif de stockage de CO2 à long terme est en cours de constructionconstruction. Prévu pour démarrer en 2024, ce gigantesque « cimetière » de CO2 pourra stocker jusqu'à 6 millions de tonnes de dioxyde de carbonedioxyde de carbone par an, lorsque sa première phase de fonctionnement sera achevée. L'idée est simple : capter, puis liquéfier et enfin enfouir en profondeur le maximum de COpossible, pour lutter contre le réchauffement climatiqueréchauffement climatique. Le tout à l'échelle européenne, car chaque pays pourra acheminer par ses propres moyens des centaines de milliers de tonnes de carbone préalablement capturées.

Une mesure très débattue, puisque selon certaines associations, elle pourrait inciter à ne pas diminuer l'utilisation des énergies fossilesénergies fossiles, au lieu d'orienter vers la sobriété énergétique. Or, quelques millions de tonnes ne représentent rien par rapport aux plusieurs milliards de tonnes de CO2 émises chaque année dans toute l'Europe. La priorité doit donc rester la diminution des émissionsémissions de gaz à effet de serregaz à effet de serre, plutôt que la compensation minime par du stockage.