Naissance d’un poulain de Przewalski cloné pour sauver l’espèce

Classé sous :cheval de Przewalski , conservation des espèces , clonage

La naissance du petit Kurt le 6 août dernier au zoo de San Diego représente un espoir pour la survie entière de son espèce. Ce clone porte en effet les gènes des derniers chevaux sauvages de Przewalski, une espèce originaire des steppes d'Asie centrale et aujourd'hui en voie de disparition. Elle n'est pas directement menacée, car plus de 2.000 spécimens sont aujourd'hui élevés dans les parcs et zoos du monde entier, mais ces derniers descendent tous d'à peine 12 individus sauvages. Cette incroyable concentration génétique présente de graves risques pour l'espèce, car elle l'expose à des problèmes de santé ou de stérilité. De plus, de nombreux chevaux de Przewalski ont été croisés avec d'autres espèces domestiques ou sauvages au fil du temps, ce qui a « brouillé » sa véritable identité génétique.
 

C'est ici que Kurt entre en scène : le poulain a été cloné à partir d'échantillons congelés d'un cheval nommé Kuporovic ayant vécu de 1975 à 1998. Prélevés en 1980, ces échantillons ont aussitôt été soigneusement congelés par le zoo de San Diego. Kuporovic avait la particularité de descendre de deux ancêtres sauvages, ce qui veut dire que Kurt, qui est son exacte copie, possède un matériel génétique vierge de tout croisement et apporte des gènes inédits. « Ce poulain est l'un des individus les plus importants de son espèce sur le plan génétique », a ainsi commenté Bob Wiese, le directeur des sciences du zoo de San Diego.

« Nous espérons que dans 5 à 10 ans, lorsque Kurt deviendra le premier étalon de Przewalski cloné au monde, il s'accouplera avec succès et contribuera ainsi à la diversité génétique de son espèce », se réjouit Bob Wiese. Le poulain constitue également un espoir pour d'autres animaux menacés par le même appauvrissement génétique qui pourraient bénéficier de la même technique. Encore faut-il avoir pensé à prélever les échantillons sur les bons spécimens.

Kurt est l’un des derniers représentants 100 % sauvage du cheval de Przewalski. © Scott Stine