Lors de leur entrée dans les Alpes, les coureurs du Tour de France seront peut-être observés par des tétras-lyres, des gallinacés discrets, du moins tant qu’il ne s’agit pas de se reproduire. Pour fêter les dix ans d’existence de l’INPN, le Muséum national d’histoire naturelle nous présente en vidéo cet oiseau sédentaire… dont les mâles sont polygames.

Nous y voilà : lors de cette 16e étape du Tour de France, les coureurs vont pénétrer au cœur des Alpes du Sud avec une arrivée à GapGap. À cette occasion, le Muséum national d'histoire naturelleMuséum national d'histoire naturelle met à l'honneur, pour fêter les dix ans de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), un animal emblématique des forêts d’altitude françaises : le tétras-lyre, que d'autres appellent le coq des bouleaux ou le petit coq des bruyères. Les mâles de cette espèceespèce sédentaire atteignent jusqu'à 60 cm de long pour un poids de 1,5 kgkg, mais ce ne sont pas ces quelques caractéristiques qui l'ont rendu célèbre. 

La plupart du temps, Tetrao tetrix vit discrètement sur des domaines vitaux de 3.000 ha, où des aulnaies et des bosquets de rhododendrons lui permettent de trouver refuge. Ce gallinacé, dont la distribution est également nordique en plus d'être boréo-montagnarde, est aussi associé à la présence de forêts de conifères, de tourbièrestourbières et de plaines riches en éricacées (bruyères, etc.). Il ne vit pas au-delà de 2.300 m d'altitude, c'est-à-dire au-dessus de la limite supérieure de distribution des arbres. Au printemps, les mâles polygames perdent toute leur timidité, instinct reproducteur oblige. 

Les tétras-lyres, ici en parade, sont végétariens, mais il leur arrive de consommer quelques invertébrés (insectes, araignées ou autres). © Rainbirder, Flickr, cc by nc sa 2.0

Les tétras-lyres, ici en parade, sont végétariens, mais il leur arrive de consommer quelques invertébrés (insectes, araignées ou autres). © Rainbirder, Flickr, cc by nc sa 2.0

Les parades nuptiales du tétras-lyre, chantantes et dansantes

Tous les ans aux mois de mars, d'avril et de mai, les mâles se retrouvent sur des espaces dégagés pour parader sur des leks, ou arènes de parade. Au programme : cris rauques, postures intimidantes présentées lors de « danses », et exhibition de leur queue, qui prend alors l'apparence d'une lyre (d'où leur nom). Leur objectif : dominer, car seuls les mâles dominants reçoivent les faveurs des femelles. Après l'accouplementaccouplement, trois à dix œufs sont pondus vers la mi-mai sur des tas de brindilles déposés à même le sol, mais dans des buissons touffus. En moyenne, le premier jeune éclot 26 jours après la ponte du dernier œuf, mais ce n'est qu'à l'automneautomne qu'il quitte le nid où il a été soigneusement protégé par sa mère.

Cette espèce, l'un des symboles du Parc naturel régionalParc naturel régional du Vercors, ne vit qu'en Eurasie. Elle est inscrite sur la liste rouge de l’UICN dans la catégorie « préoccupation mineure », ou « LC » (pour least concern). Cependant, sa population décline depuis plusieurs années, notamment en raison du développement du tourisme. Les tétras-lyres construisent par exemple des abris dans la neige pour survivre à l'hiverhiver, mais les skieurs et les randonneurs en raquettes peuvent les détruire à leur insu. Selon l'UICNUICN, il subsisterait entre 760.000 et 1.000.000 couples de reproducteurs en Europe, ce qui représenterait 25 à 49 % de la population mondiale. 

Ce jeudi, pour la 18e étape de ce 100e Tour de France, c'est une alguealgue verte qui sera mise à l'honneur. Petit indice : elle est surnommée « le sang des glaciers ». Retrouvez l'intégralité des vidéos sur le site du Muséum national d'histoire naturelle.