Le changement climatique pourrait conduire, d'ici 2050, 18 à 35 % de l'ensemble des espèces animales et végétales de plusieurs régions riches en termes de biodiversité, à une situation de risque d'extinction.
Cela vous intéressera aussi

C'est ce que conclut une étude publiée dans la revue Nature du 8 janvier. Les régions prises en compte dans le cadre de cette étude sont au nombre de six et représentent 20 % des terresterres.

Trois scénarios différents, correspondant chacun à un niveau d'intensité du changement climatiquechangement climatique, ont été considérés : un changement minimal, un changement maximal et un changement intermédiaire. A été prise en compte la capacité de certaines espècesespèces à se déplacer, prévenant de cette manière un possible phénomène d'extinctionextinction. 18% des espèces seraient mis dans une situation de risque d'extinction dans le cas du scénario minimal, 24% dans le cas intermédiaire et 35% dans le cas maximal. "Si les projections de l'étude sont extrapolées à l'ensemble des terres, les analyses suggèrent que plus d'un million d'espèces seraient menacées," a déclaré Chris Thomas de l'Université de Leeds, principal auteur de l'étude.

De faibles fluctuations climatiques peuvent affecter la capacité d'une espèce à rester dans son habitat d'origine. La perte croissante d'habitat, phénomène en cours, interdirait à nombre d'espèces de se déplacer et de prévenir ainsi une éventuelle extinction. "Une action urgente de réduction drastique des gaz à effet de serregaz à effet de serre permettrait de sauver d'innombrables espèces," selon Lee Hannah, co-auteur de l'étude. D'autre part, la définition d'une stratégie de conservation prenant en compte le fait que le changement climatique affectera l'écosystèmeécosystème entier permettrait de mettre rapidement en œuvre des mesures de conservation, ajoute-t-elle.