Planète

On a trouvé la boussole du pigeon

ActualitéClassé sous :zoologie , boussole , pigeon

-

Comme on le suppose depuis longtemps, les pigeons voyageurs utilisent le champ magnétique terrestre pour s'orienter. L'organe sensible a été trouvé : il se trouve dans le bec.

En repérant aussi la composante verticale du champ magnétique terrestre, les pigeons obtiennent une information de plus sur leur position géographique. Crédit : CNRS

De nombreuses expériences ont montré que les pigeons savent d'une manière ou d'une autre déterminer l'orientation du champ magnétique terrestre. Des aimants installés sur ces oiseaux perturbent fortement leur retour au pigeonnier et la présence de magnétite (un oxyde de fer) a été détectée dans le crâne. Mais personne n'avait pu jusque-là comprendre comment fonctionnait ce sixième sens.

Une équipe de chercheurs allemands affirme tenir la réponse. L'organe sensible ne serait pas situé dans la boîte crânienne mais dans la peau qui recouvre la partie supérieure du bec, à la base de celui-ci. A cet endroit, des analyses en spectrométrie X effectuées au synchrotron de Hambourg ont révélé la présence de particules magnétiques disséminées dans une structure nerveuse complexe, tridimensionnelle et symétrique de part et d'autre du bec. Une étude histologique fine a permis de déterminer l'origine et la nature de ces particules.

Une boussole en forme d'arbre

Sous la peau, une série de cellules nerveuses portent une arborescence de terminaisons, les dendrites. C'est à l'intérieur de ces dernières qu'ont été trouvées des particules d'oxydes de fer. A 90 %, il s'agit de maghémite (une variante de la magnétite) et à 10 % de magnétite. Ces particules sont enfermées dans trois types de compartiments subcellulaires. Pour les auteurs, la présence de ces deux matériaux légèrement différents (la maghémite et la magnétite) ainsi que la disposition spatiale de l'ensemble expliqueraient la sensibilité.

Quand les structures longilignes chargées de maghémite sont alignées par rapport au champ magnétique terrestre, les particules de magnétite seraient attirées perpendiculairement à la membrane cellulaire. Avec une ramification de dendrites précisément organisée, cet organe pourrait déterminer la direction du champ dans les trois dimensions, y compris, donc, avec sa composante verticale, une valeur que les boussoles ne donnent pas.

Il reste encore du travail à faire pour percer tous les secrets des pigeons voyageurs, car ces navigateurs hors pair ne se privent de faire appel, on le sait aussi, à d'autres techniques : mémorisation de repères au sol, mesure de la position du soleil et même le sens olfactif. Toutes ces méthodes sont utilisées, avec des proportions diverses, par d'autres animaux, oiseaux migrateurs, insectes, mammifères marins, saumon, etc.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi