Éruption du Kilauea le 29 octobre 2021, avec un évent actif qui alimente un lac de lave. © U.S. Geological Survey
Planète

Hawaï : le lac de lave du volcan Kilauea se vide et se remplit de manière cyclique

ActualitéClassé sous :Volcan , Eruption , volcan Kilauea

Depuis le début de l'éruption il y a plus de quatre mois, la lave remplit le cratère sommital qui s'était formé à la suite d'une importante éruption latérale en 2018. Mais ce remplissage n'est pas régulier, car l'alimentation en lave est discontinue. Ainsi, parfois, le volcan fait des pauses pendant plusieurs heures. Puis, la lave revient et alimente un lac dont le niveau augmente jusqu'à parfois déborder... Quelques temps plus tard, la baisse de ce niveau annonce une nouvelle pause, et ainsi de suite.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Éruption du volcan Kilauea  La lave en cascade plonge dans le lac à de multiples endroits, provoquant des remontées d'eau locales. Lorsque les cascades pénètrent dans le lac de lave, elles provoquent un glissement de la surface du lac et tirent des morceaux de croûte refroidis sous la surface. 

Sur l'île d'Hawaï, le Kilauea est un des volcans les plus actifs de la Planète, mais aussi un des mieux surveillés. Les appareils y sont d'une extrême sensibilité, ce qui permet par exemple l'enregistrement de déformations infimes du volcan. Depuis le début du mois de décembre 2021, celles-ci présentent une alternance de dégonflement et de gonflement très modestes, semblables à une sorte de respiration. Ces épisodes DI, pour déflation / inflation, sont la conséquence de variations de pression dans le réservoir magmatique superficiel du volcan.

Le lac de lave du Kilauea le 1er février, alimenté par un petit cône (à droite) et un étang de lave (à gauche). © U.S. Geological Survey

L'éruption a eu lieu au fond de la caldeira Halema'uma'u au sommet du Kilauea, précisément au niveau de deux évents situés à l'ouest de ce cratère : un petit cône et un étang d'une quinzaine de mètres de diamètre, tous deux connectés au conduit volcanique. Les coulées de lave qu'ils ont émises depuis le début de l'éruption le 29 septembre 2021 ont formé un cratère au fond plat d'environ 1.200 x 800 mètres.

Actuellement, ces deux évents alimentent un lac de lave à l'ouest de ce cratère, de forme grossièrement triangulaire de 200 à 300 mètres de côté, et c'est précisément à cet endroit où l'on peut remarquer que l'activité éruptive colle strictement à ces épisodes de déflation / inflation. Pour l'illustrer, voici le déroulement associé à la séquence du 7 au 10 février qui a été enregistrée par une caméra thermique et dont les images ont été compressées pour produire le time-lapse visible ci-dessous.

Time-lapse de l'activité éruptive du Kilauea entre le 7 et le 10 février 2022. Notez que le cratère se remplit également par une activité en tunnel de lave, sur les bordures notamment. © U.S. Geological Survey

La déflation amorcée en début de matinée le 7 février a engendré une baisse du niveau du lac d'environ 12 mètres (12 - 19 sec sur la vidéo). Vers 20 h heure locale, l'activité était ainsi limitée au seul petit étang de lave et ce, pendant plus d'une journée (19 - 34 sec). Le 8 février, vers 12 h, une inflation fut remarquée, suivie treize heures plus tard d'une nouvelle alimentation du lac par l'étang, mais aussi du débordement de celui-ci à 2 h du matin le 9 février, à l'origine d'une longue coulée dans la partie nord du cratère pendant plusieurs heures (35 - 39 sec). Le niveau du lac de lave baissa ensuite jusqu'à 21 h (39 - 45 sec), mais la reprise d'une alimentation plus vigoureuse conduisit à un nouveau débordement de l'étang vers le nord peu avant minuit le 9 février (47 - 55 sec). Le lac de lave fut ensuite alimenté jusqu'à 18 h le 10 février, heure d'une nouvelle déflation.

La situation éruptive le 7 février 2022, avec le lac actif dans la partie ouest du cratère, avec un bel arc en ciel. © U.S. Geological Survey

Un énorme effondrement en 2018, à l’origine d’un profond cratère qui, depuis, se remplit

Une éruption latérale d'ampleur eut lieu à basse altitude entre le 3 mai et le 4 septembre 2018, détruisant 716 habitations et recouvrant près de 50 kilomètres de route. Elle mit fin à trente-cinq ans d'activité continue sur ce volcan (un record !) et l'important volume émis entraîna la vidange du système magmatique superficiel du volcan, à l'origine de l'affaissement de la caldeira, le fond du cratère se trouvant 500 mètres plus bas qu'avant cette éruption latérale !

Entre décembre 2020 et mai 2021, une première éruption se produisit au fond de cratère, faisant remonter son niveau d'environ 230 mètres. Celle en cours, débutée le 29 septembre 2021, a pour l'instant rehausser ce niveau de 90 mètres environ, pour un volume estimé le 28 janvier à 45 millions de m3. Le débit éruptif moyen de cette éruption est ainsi de 4 m3/s environ, ce qui est assez modeste, même si cela permettrait toutefois de remplir une piscine olympique en treize minutes environ !

Carte de l'éruption du Kilauea le 28 janvier 2022, avec le cratère au fond plat (laves récentes - en rose), le lave actif de manière intermittente (en rouge) et les évents (en orange et violet). © U.S. Geological Survey
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !