L’éruption de la Fournaise à La Réunion s’est terminée subitement ce matin, vers 10 h, après seize jours d’activité. Si le début de l’éruption fut tout à fait classique et plutôt modeste, une forte hausse de l’activité a été remarquée à partir du 29 septembre, à l’origine de la formation d’un cône éruptif imposant, d’un champ de lave assez étendu et d’un spectacle vraiment incroyable !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment se forme le magma avant une éruption volcanique ? Le magma est à l'origine de la formation des volcans. Cette roche en fusion, qui bouillonne dans le cratère, provient d’une fusion partielle du manteau de la Terre. Futura a rencontré Jacques-Marie Bardintzeff, docteur en volcanologie, qui raconte l'origine du magma.

Durant les dix premiers jours, cette éruption n'avait rien d'extraordinaire, si ce n'est le spectacle qui est toujours d'une beauté sans nom avec la Fournaise. C'était alors une éruption modeste suivant une évolution classique, avec un cônecône qui se formait autour de deux évents de la fissure éruptive initiale et des longues coulées en gratons qui laissèrent rapidement la place à des laves lisses et aux tunnels de lavetunnels de lave associés. Le 24 septembre, le cône éruptif faisait ainsi 19 mètres de haut, avec une bouche éruptive d'environ 25 mètres de diamètre. Quelques laves pahoehoe, lentes et éphémères, s'épanchaient ici et là sur le champ de lave, ainsi que des coulées un peu plus alimentées, pour un débitdébit estimé à environ 4 m3/s minimum. Joli, mais modeste.

L’éruption filmée le 25 septembre : laves pahoehoe (environ 30 secondes), petites coulées (45 secondes), tunnel de lave (1 minute 06) et activité explosive modeste au niveau du cône (1 minute 39). © Tunnel de lave Réunion Rando-Volcan

Laves pahoehoe. Ici, ce sont même des laves cordées.

Intensification de l’activité et fin brutale de l’éruption

À partir du 29 septembre, l'éruption s'intensifia clairement. L'activité explosive qui était alors vraiment réduite reprit de plus belle et transforma le cône en quelques jours ! Le 3 octobre, il atteignait ainsi près de 40 mètres de haut, pour un diamètre de la bouche éruptive de 75 mètres, avec des flancs abrupts. Ce cône, qui s'édifia sur le flanc est du Kala-Pélé, un des cônes éruptifs les plus imposants de l'Enclos Fouqué né d'une éruption en août-octobre 2015, parut bien longtemps tout petit à côté de celui-ci. Mais aujourd'hui, ils ressemblent presque à des jumeaux...

Évolution du cône éruptif du 21 septembre au 2 octobre. Pour comparaison, le Kala-Pélé à sa gauche fait 40 mètres de haut à son point le plus haut. Remarquez les vaguelettes présentes sur les flancs du cône en activité le 30 septembre : elles se forment lorsque des gros paquets de lave retombent à l’état liquide sur des flancs abrupts… © OVPF-IPGP
Évolution du cône éruptif du 21 septembre au 2 octobre. Pour comparaison, le Kala-Pélé à sa gauche fait 40 mètres de haut à son point le plus haut. Remarquez les vaguelettes présentes sur les flancs du cône en activité le 30 septembre : elles se forment lorsque des gros paquets de lave retombent à l’état liquide sur des flancs abrupts… © OVPF-IPGP

L'activité effusive n'était pas en reste, avec un net agrandissement de la superficie du champ de lave, lui qui n'évolua que très peu après le 20 septembre. Le 29 septembre, une coulée fut même observée avançant à environ 150 m/h, ce qui est une vitessevitesse que l'on trouve plutôt lors des départs d'éruption ! Le front le plus avancé s'arrêta ainsi à quelques centaines de mètres du cassé des Grandes Pentes, après plus de trois kilomètres de parcours. Lors de cette période, le débit éruptif fut estimé à environ 20 m3/s minimum : il avait donc quintuplé !

Le rayonnement thermique des coulées permet de repérer l’étendue du champ de lave de cette éruption en date du 3 octobre. À titre de comparaison, le cratère Dolomieu, au sommet du volcan, fait un peu plus d’un kilomètre de long.

Puis, à partir du 1er octobre, la sismicité reprit sous le sommet du volcan, avec plus de soixante séismes chaque jour entre le 2 et le 4 octobre, certains avec « des polarités négatives indiquant des effondrementseffondrements au niveau du toittoit du réservoir », selon l'observatoire volcanologique. Ceci, associé à un dégonflement du volcan de l'ordre de deux centimètres en quatre jours, suggérait une baisse de la pressionpression dans le réservoir magmatique, à l'origine d'une légère baisse de l'activité éruptive depuis hier. Et à 10 h 10 ce matin, comme on tourne un robinet, plus rien... Éruption terminée.

Cette fin brutale peut paraître étonnante, mais ce scénario (activité importante - reprise de la sismicité - fin brutale de l'éruption) n'est pas inhabituel pour ce volcan depuis quelques années, sans être systématique pour autant. Il pourrait marquer la vidange du réservoir magmatique alimentant l'éruption jusqu'à son épuisement...

N’est-ce pas superbe ? © Olivier Lucas-Leclin, Regards sur une île

 

Bande-annonce présentant un DVD que j’ai réalisé qui présente l’évolution classique des éruptions du Piton de la Fournaise. Belles images et sons immersifs garantis ! © Ludovic Leduc

 


Quatrième jour d’éruption au Piton de la Fournaise !

Commencée le 19 septembre vers 8 h, l'éruption du volcan réunionnais continue et suit une évolution assez classique. L'activité s'est stabilisée sur quelques évents autour desquels un cône éruptif commence à se construire, tandis que les coulées de lave s'épanchent vers le sud-est. Le débit éruptif est modeste, mais les images sont superbes, comme toujours !  

Par Ludovic LeducLudovic Leduc, article publié le 24 septembre 2022

Des nombreux évents qui animaient la fissure éruptive de 400 mètres de long qui s'est ouverte au départ de l'éruption, il ne restait que trois évents hier dans la partie médiane de cette fissure. Une des bouches est toujours animée d'une fontaine qui projette des lambeaux de lave jusqu'à une vingtaine de mètres de haut, tandis que les deux autres présentaient une activité plus modeste... Ces projections qui retombent commencent à construire un petit cône éruptif adossé à l'imposant Kalla Pélé formé en 2015. Ce cône en constructionconstruction est pour l'instant toujours ouvert vers le sud-est, du fait que la lave s'écoule dans ce secteur.

Une petite éruption pour l'instant

La météo des premiers jours était assez maussade, ce qui a limité les observations et les mesures des scientifiques de l'observatoire volcanologique. Cependant, les données récentes indiquent un débit éruptif d'environ 3 m3/s, ce qui est assez modeste... C'est donc une petite éruption pour l'instant, mais le spectacle demeure fascinant, un spectacle qui peut être apprécié en direct grâce aux webcams qui fixent l’éruption depuis le bord de l’Enclos Fouqué.

L’éruption vue depuis le bord de l’Enclos Fouqué. Un nouveau cône se construit juste à côté d’un autre particulièrement imposant. Les coulées de lave, elles, s’épanchent vers le sud-est. © OVPF-IPGP
L’éruption vue depuis le bord de l’Enclos Fouqué. Un nouveau cône se construit juste à côté d’un autre particulièrement imposant. Les coulées de lave, elles, s’épanchent vers le sud-est. © OVPF-IPGP

Le piton de la Fournaise à la Réunion est en éruption !

Après une crise sismique d'environ 90 minutes, une éruption a débuté sur le Piton de la FournaisePiton de la Fournaise, au sud-ouest des cratères sommitaux, sur l'île de la Réunion. Tout à fait classique dans son dynamisme, à l'intérieur de l'Enclos Fouqué où personne n'habite, elle ne met en danger personne. Si cette éruption dure, elle devrait nous ravir avec de belles images... si la météométéo s'améliore !

Par Ludovic Leduc, article publié le 20 septembre 2022

Déjà le 7 septembre dernier, une crise sismique, associée à des déformations localisées du volcan, indiquait la remontée du magmamagma vers la surface. Mais celle-ci avorta et le volcan se rendormit, jusqu'à hier... En effet, une nouvelle crise sismique débuta à 6 h 23 heure locale. L'enchaînement des séismes témoignait ainsi des fractures des roches encaissantes permettant le passage du magma.

Puis, à 7 h 48, les sismogrammes du volcan signalèrent l'apparition d'une vibrationvibration continue produite par l'arrivée du magma en surface : le trémor. Celui-ci étant maximal dans le secteur sud-ouest de l’Enclos Fouqué, cela indiquait l’endroit approximatif de l'éruption. Mais il manquait encore des images pour le confirmer.

        
Vers midi, un gendarme du Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) arriva dans le secteur du cratère Rivals et découvrit une fissure éruptive de 400 mètres de long environ, sur le flanc est du Kala et Pélé, un des plus grands cônes éruptifs de l'Enclos Fouqué formé lors d'une éruption en 2015. Cette fissure était animée de fontaines de lave de 20 à 30 mètres de haut sur différents évents et alimentait des coulées de lave vers le sud-est.

Comme 98 % des éruptions de ce volcan, cette éruption est située à l'intérieur de l'Enclos Fouqué qui est totalement inhabité. Par conséquent, elle n'engendre que des risques pour les spectateurs qui, pour l'instant, n'ont pas la météo avec eux !