Ce n’est pas la première fois que les chercheurs nous le disent : l’urgence climatique frappe à notre porte. À tel point désormais que le pronostic vital de notre planète, la Terre, est engagé. Une équipe internationale appelle les chercheurs du monde entier à prendre position.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Réchauffement climatique : notre planète en territoire inconnu Dans la version préliminaire — qui ne couvre que les neuf premiers mois de l’année 2021 — de son rapport annuel State of the Global Climate, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) confirme la tendance au réchauffement climatique. Pour la première fois, la barre d’une hausse de 1 °C par rapport aux moyennes préindustrielles a été franchie sur la période des vingt dernières années. Mais le rapport met surtout en avant les nombreux phénomènes météo extrêmes survenus en 2021 et leurs conséquences pour la planète et pour l’humanité. © Organisation météorologique mondiale

L'augmentation de la consommation d'énergies fossiles, un niveau de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère jamais enregistré auparavant, la multiplication des épisodes de chaleurchaleur extrême, des feux de forêt et autres catastrophes naturellescatastrophes naturelles. Une fois de plus aujourd'hui, une équipe internationale de chercheurs le souligne : l'humanité est sans équivoque, confrontée à une urgence climatique. Les scientifiques précisent que 16 des 35 signes vitaux planétaires qu'ils utilisent pour suivre le changement climatiquechangement climatique anthropique ont atteint des records.

En janvier 2000, déjà, ces chercheurs avaient alerté sur la situation. Ils soulignaient alors l'obligation morale qui était la leur d'avertir clairement l'humanité de toute menace et de « dire les choses telles qu'elles sont ». À ce jour, plus de 14 000 scientifiques se sont ralliés à ce collectif.

Les scientifiques doivent prendre position

Le rapport « World Scientists’ Warning of a Climate Emergency 2022 » qui vient tout juste de paraître rappelle aussi que le changement climatique n'est pas un problème isolé. Il fait partie d'un problème systémique plus large de dépassement écologique où la demande humaine dépasse la capacité de régénération de la biosphère.

« Pour éviter d'autres souffrances humaines indicibles, nous devons protéger la nature, éliminer la plupart des émissionsémissions de combustiblescombustibles fossiles et soutenir des adaptations climatiques socialement justes en mettant l'accent sur les zones à faible revenu qui sont les plus vulnérables. » Comment ? En adoptant d'urgence des approches fondées sur la science et la recherche. Et en encourageant les chercheurs à « sortir de derrière les données et à prendre position ». C'est le point de vue également défendu dans le documentaire disponible sur YouTube.