Planète

Une nouvelle image du mouvement des continents

ActualitéClassé sous :Terre , continent , géologue

Tel un gigantesque puzzle, les continents se sont séparés, ont dérivé et se sont à nouveau réunis à de nombreuses reprises dans l'histoire de la Terre. Une nouvelle étude montre que les continents se brisent parfois le long de "lignes de fragilité" préexistantes créées lorsque des morceaux de terre s'attachent à une plus grande masse continentale. Les géologues pensaient depuis longtemps que les lignes de fracture naissaient de tels phénomènes d'adjonction, mais le mécanisme n'était pas encore compris.

Une nouvelle image du mouvement des continents

Pourquoi les océans s'ouvrent-ils à tel ou tel endroit ? Pourquoi un continent se brise-t-il en tel ou tel lieu ? Il y a eu, durant l'histoire de la Terre, six assemblements continentaux majeurs et événements de rupture. "La Terre se trouve actuellement dans un cycle de rupture, dans lequel l'océan Atlantique et l'océan Indien s'ouvrent," indique Damian Nance professeur de sciences géologiques à l'Université de l'Ohio et co-auteur de l'étude sur le sujet.

Il y a environ 650 millions d'années, lorsqu'évoluait la première méduse, l'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud et l'Afrique formaient un seul continent dénommé Gondwana, dans le voisinage duquel se tenaient quelques terres insulaires. Au fil du temps, ces îles sont entrées en collision avec le grand groupe continental et s'y sont attachées, en un processus appelé accrétion.

Il y a environ 525 millions d'années, cette masse de terre se brisa, donnant l'Amérique du Nord d'un côté, l'Amérique du Sud, l'Afrique ainsi que les plus petites pièces insulaires de l'autre. Les deux plaques dérivèrent séparément, ce qui engendra l'océan Iapetus. Vingt-cinq millions d'années plus tard, au temps des premiers poissons et plantes terrestres, la bande de terre constituée des traditionnelles terres insulaires, se détacha de l'Amérique du Sud et de l'Afrique et commença à se déplacer à travers le Iapetus en direction de l'Amérique du Nord. Ce mouvement ferma cet océan, alors qu'au même moment s'ouvrait l'océan Rheic.

Nance et ses collègues ont concentré leur attention sur ces dernières séparations parce qu'elles sont intervenues le long d'une ligne de fragilité : l'endroit où les îles se sont attachées à la plus grande masse de terre. Les recherches sur le sujet sont publiées dans Geology, revue de la Geophysical Society of America.

Cela vous intéressera aussi