Planète

Arrêt du courant Atlantique Nord : demain, une autre glaciation ?

ActualitéClassé sous :Réchauffement , Terre , climat

-

Plus de 8.000 ans en arrière. La Terre sort à peine d'une longue ère glaciaire quand la voici confrontée à un véritable cataclysme ! Le climat de l'Atlantique Nord est complètement bouleversé et un grand froid s'installe sur cette partie du globe... Ce scénario glacial, révélé par les prélèvements d'un chercheur de Chicago, est-il à craindre dans le futur ?

http://www.ville-angers.fr Demain : un autre âge de glace en atlantique nord ?

Torbjörn Törnqvist est spécialisé en sciences de la terre à l'Université de Chicago en Illinois. C'est en analysant des prélèvements de tourbe (datation des dépôts au radiocarbone/évaluation de la tolérance végétale au sel) réalisés dans les marécages du delta du Mississipi en Louisiane pour une étude sur les modifications du niveau de la mer dans le golfe du Mexique qu'il a enfin la preuve de l'apparition brutale d'une montée des eaux il y a 8.200 ans ! Un phénomène que de nombreux géologues et climatologues s'accordaient à imaginer sans en avoir de preuves tangibles jusqu'à présent. « Certains soutiendraient qu'il s'agit du changement de climat le plus dramatique de ces 10.000 dernières années ! » s'exclame même le chercheur...

Gulf Stream : le « chauffage » de l'Atlantique nord

Petit rappel auparavant sur l'état actuel du climat dans la partie atlantique de l'hémisphère nord. Le Gulf Stream est un courant constamment présent en Atlantique nord. C'est à lui que nous devons la persistance de climats plutôt chauds sur la côte est des États-Unis, et tempérés en Europe de l'Ouest. En effet, il appartient à un courant de taille supérieure qui prend naissance dans les eaux chaudes du golfe du Mexique, puis passe entre Cuba et la pointe de Floride (sa température est comprise entre 30 et 35 °C dans cette zone).

Il remonte ensuite vers le nord, et prend cap vers l'ouest. Il traverse l'Atlantique où il se refroidit (25°C). Se rapprochant de l'Europe, il se sépare en deux : une partie va au nord en direction de l'Islande, et l'autre au sud vers l'archipel des Açores. Mais toutes deux, à forte salinité, s'enfoncent plus encore dans l'océan et sont bien plus fraîches (2 °C), c'est là que se termine le travail du Gulf Stream, et de son influence bénéfique sur le climat de l'Atlantique Nord...

C'était donc il y a 8.200 ans : la planète quitte son dernier âge de glace. Les températures remontent et les calottes de glace aux pôles commencent à fondre. Mais c'est surtout un réservoir colossal, le Lac Agassiz, dont l'eau douce semble avoir creuser dans la baie d'Hudson (pourtant véritable barrage de glace) qui est suspecté d'avoir engendré un flux d'eau gigantesque. Ainsi, en à peine quelques mois, celui-ci s'engouffre dans le courant salé atlantique nord...

Le niveau des mers monte. Eaux douces et salées se mélangent, modifiant la densité générale : le Gulf Stream est totalement perturbé et ne parvient plus à réchauffer le climat de part et d'autre de l'Atlantique nord... Les régions sur lesquelles est sensé veiller le Gulf Stream sont soudain plongées dans un froid profond et durable. Quel changement climatique brutal ! Il faudra certainement plus d'un siècle pour que l'équilibre eau douce/eau salée se rétablisse, que les courants océaniques s'ajustent et que les températures reviennent à la normale...

Notre futur ?

Torbjörn Törnqvist publie son étude ce mois-ci dans la revue en ligne Geophysical Research Letters. Il explique l'importance de bien comprendre ce phénomène passé : « si nous pouvons mesurer l'augmentation du niveau de la mer il y a 8.200 ans, nous pourrons être capable de convertir ceci en une quantité mesurable d'eau douce. Avec nos premières données, nous savons maintenant que l'augmentation du niveau de la mer était probablement inférieure à 1,2 mètre, un chiffre inférieur à plusieurs estimations publiées auparavant. »

Jean-Marc Jancovici, célèbre ingénieur conseil indépendant spécialisé sur les questions de climatologie, avait abordé la question d'un éventuel refroidissement brutal en Atlantique Nord sur la planète en plein réchauffement climatique, le 3 mai dernier, lors d'un discours qui précédait la présentation du film Le Jour d'Après face à la presse. « Un tel refroidissement brutal de l'ensemble de l'Atlantique Nord pourrait survenir si le Gulf Stream s'arrêtait à l'avenir, comme il l'a déjà fait à plusieurs reprises au cours des 100.000 dernières années, pour des raisons désormais relativement bien connues » expliquait-il, précisant que « par brutal, il faut comprendre "en quelques décennies" »

Pour Torbjörn Törnqvist, notre avenir dépend de la compréhension que nous pouvons avoir de ce genre de phénomène, et donc de notre anticipation : « les climatologues ont un besoin urgent de ce genre d'information pour réaliser leurs modèles climatiques dans le but de comprendre les conditions qui peuvent produire un changement climatique si brusque ». Et Jean-Marc Jancovici de nous rappeler à juste titre... « ce que peut néanmoins dire la science, c'est que tant que nous émettrons des quantités croissantes de gaz à effet de serre, le risque qu'un tel arrêt du Gulf Stream se produise, d'ici quelques décennies à quelques siècles, augmentera avec le temps...»

Cela vous intéressera aussi