Planète

Un cratère géant découvert sous la glace de l'Antarctique ?

ActualitéClassé sous :Terre , cratère , Antarctique

Un gigantesque cratère d'impact de 480 kilomètres de diamètre vient peut-être d'être découvert à l'est de l'Antarctique. Niché à plus d'1,5 kilomètre sous la glace, il pourrait dater de 250 millions d'années.

Image radar des élevations de terrain à l'est de l'Antarctique Le cratère présumé, situé en Terre de Wilkes, est entouré d'un cercle blanc Figure également sur cette image le cratère Chicxulub, à titre de comparaison (Courtesy of Ohio State University)

Les mesures du champ de gravité terrestre réalisées en Antarctique par les satellites GRACE (Gravity Recovery Climate Experiment) ont révélé la présence sous la glace d'un excès de masse, ou « mascon », de 320 kilomètres de diamètre. « Si j'avais trouvé un tel mascon sur la Lune, je me serais naturellement attendu à voir un cratère tout autour », expliquait Ralph von Frese, professeur de géologie a l'université de l'Ohio, au moment de la découverte.

Ralph von Frese ne croyait pas si bien dire, puisque des mesures radar de la zone - la Terre de Wilkes, située à l'est de l'Antarctique - ont montré que le mascon était situé au centre d'une structure circulaire de 480 kilomètres de large : peut-être un cratère assez grand pour contenir l'état de l'Ohio en entier ! D'après Ralph von Frese et Laramie Potts, chercheur en géologie, c'est la combinaison de ces deux indices - structure circulaire et présence d'un excès de masse - qui témoignerait de la présence d'un cratère d'impact.

Si la découverte est confirmée par des examens sur le terrain, ce nouveau cratère serait deux fois plus grand que le Chicxulub, cratère d'impact du météorite de 10 kilomètres de diamètre suspecté d'être à l'origine de l'extinction des dinosaures survenue il y a 65 millions d'années. Des dimensions colossales, mais qui n'étonnent pas les chercheurs : « On ne trouve pas moins de 20 impacts de cette taille sur la Lune. Ce n'est donc pas surprenant d'en trouver chez nous, même si l'activité géologique de la Terre gomme la plupart des cratères de la surface », a déclaré Ralph von Frese lors d'une session de l'American Geophysical Union Joint Assembly, à Baltimore.

Ralph von Frese et Laramie Potts devraient se rendre prochainement en Antarctique pour vérifier leur hypothèse. La meilleure façon de prouver l'existence de ce cratère gigantesque serait de faire des prélèvements de roche. Mais, étant donné qu'un forage à plus d'1,5 kilomètre de profondeur serait très coûteux, ils comptent plutôt rejoindre la côte la plus proche, dans l'espoir d'y découvrir quelques vestiges de cet impact colossal.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi