La Commission européenne a publié un plan d'action visant à augmenter l'utilisation de l'énergie issue de la sylviculture, de l'agriculture et des déchets en utilisant la biomasse. Ce plan expose les mesures à prendre dans trois secteurs - le chauffage, l'électricité et le transport - et propose plus de 20 actions, dont la plupart devraient être mises en oeuvre à partir de 2006.
Cela vous intéressera aussi

A l'heure actuelle, l'UE tire quatre pour cent de ses besoins énergétiquesbesoins énergétiques de la biomassebiomasse. La Commission considère cependant qu'il serait possible d'accroître de plus du double l'utilisation de la biomasse d'ici 2010. Si cet objectif était atteint, l'UE serait non seulement moins dépendante de l'énergieénergie importée, mais constaterait également une réduction des gaz à effet de serregaz à effet de serre de 209 millions de tonnes par an. Augmenter l'utilisation de la biomasse permettrait également de créer de nouveaux emplois, en particulier dans les zones rurales et de diminuer la pressionpression sur le prix du pétrolepétrole.

"Ce plan réduira la dépendance de l'Europe à l'égard des importations d'énergie, diminuera les émissionsémissions de gaz à effet de serre, protégera l'emploi dans les zones rurales et consolidera le leadership technologique européen dans ces secteurs" a déclaré le Commissaire européen de l'énergie, Andris Piebalgs.

En matièrematière de recherche, la Commission s'engage dans son plan d'action à encourager le développement d'une plateforme technologique consacrée aux biocarburants (Biofuel Technology Platform), menée dans le domaine l'industrie, et de rechercher le meilleur moyen de faire avancer la recherche visant à optimiser l'utilisation des récoltes agricoles forestières à des fins énergétiques. La Commission annonce également son intention de donner la priorité à la recherche sur les bio-raffineries, en trouvant une utilisation efficace pour chaque partie des plantes, et de faire de la recherche sur les biocarburants de deuxième générationbiocarburants de deuxième génération une priorité.

D'autres actions du plan portent sur l'élaboration d'une nouvelle législation spécifique sur l'énergie renouvelableénergie renouvelable dans le domaine du chauffage, la modification de la directive sur la performance énergétique des bâtiments de manière à augmenter les incitants à l'utilisation de l'énergie renouvelable, la fixation d'objectifs nationaux et le soutien aux pays en voie de développement souhaitant produire des biocarburantsbiocarburants.

Le document propose également de promouvoir les techniques de gestion des déchets qui diminuent l'impact environnemental qu'ont les déchetsdéchets comme le carburant. Il propose également de développer les normes techniques de manière à ce que les matériaux de récupération soient considérés comme des biens et d'encourager l'investissement en techniques efficaces sur le plan énergétique pour l'utilisation des déchets en tant que carburants.

Mechtild Rothe, eurodéputée allemande et présidente du Forum européen des sources d'énergie renouvelable (EUFORES) se félicite de la mise en place de ce plan d'action. "Il constitue le pan de législation manquant pour compléter les directives traitant de l'électricité et du transport" a-t-elle déclaré.

Un rapport publié également le 7 décembre sur la production d'électricité en utilisant les sources d'énergie renouvelables. Le rapport conclut que plus de la moitié des États membres ne prennent pas suffisamment de mesures de promotion de l'électricité verteélectricité verte.