2022 est l'année la plus pluvieuse jamais enregistrée à Sydney. © nikolabelopitov, Pixabay
Planète

Des pluies « extraordinaires » obligent des milliers d'habitants à évacuer Sydney

La ville de Sydney a évacué 30.000 habitants ces dernières heures en raison de pluies qualifiées « d'extraordinaires » par les services météo australiens : il s'agit de l'année la plus pluvieuse jamais enregistrée là-bas.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment faire face aux catastrophes naturelles ?  Chaque année de nombreuses catastrophes naturelles ravagent les pays du Sud. Malheureusement, avec le peu de moyens disponibles, la gestion de ces états de crise est souvent problématique. Sébastien Hardy, géographe de l’IRD (institut de Recherche pour le développement) nous parle au cours de cette vidéo des solutions envisagées par l’organisme pour traiter le problème. 

La capitale de l'État de Nouvelle-Galles du Sud est balayée par des pluies exceptionnelles depuis vendredi. Dimanche, face à la montée des eaux dans la ville, 30.000 habitants ont été contraints d'évacuer Sydney. L'est de l'Australie est en effet touché par les précipitations diluviennes d'une dépression qui longe la côte.

En l'espace de deux jours, les services météo ont relevé jusqu'à 595 mm d'eau à Brogers et 521 mm à Wattamolla. À quelques kilomètres de là, la ville de Sydney a enregistré 150 mm de pluie, et ce cumul devrait monter jusqu'à 200, voire 300 mm ces prochains jours, soit l'équivalent de six mois de précipitations. La ville a déjà battu son record annuel de précipitations, alors que nous ne sommes que début juillet : 1.696 mm, soit l'année la plus pluvieuse jamais enregistrée à Sydney depuis le début des relevés en 1859, battant largement le précédent record de 1.569 mm enregistré en 1890.

La Niña et le réchauffement climatique responsables de ces pluies exceptionnelles

Le barrage de Warragamba, situé à l'ouest de Sydney, a commencé à déborder ce dimanche et de nouvelles pluies sont prévues toute la semaine. Ces inondations interviennent alors que la Nouvelle-Galles du Sud se remet à peine du même phénomène survenu en mars dernier. Ces pluies historiques sont très probablement liées au phénomène La Niña qui se prolonge pour la seconde année consécutive et qui persistera peut-être en 2023. Cette anomalie thermique de l'eau du Pacifique a des conséquences sur le climat australien, et son potentiel pluvieux a probablement été démultiplié par le réchauffement climatique en cours.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !