La plage de Dauphin Island, sur les côtes de l'Alabama, le 5 juillet 2010, protégée du pétrole par une digue de sable (à droite). © BP

Planète

La marée noire atteint le Texas

-

La nappe de pétrole continue à tourner dans le golfe du Mexique et des boulettes de pétrole arrivent depuis deux jours sur les côtes texanes, à l'ouest de l'origine de la pollution.

BP continue de se battre contre le flot de pétrole qui se déverse du puits foré par la plate-forme Deepwater Horizon, coulée le 22 avril dernier. Sous l'eau, les deux systèmes de pompage installés début juin continuent de récupérer le maximum possible. Le 3 juillet, par exemple, la récolte a atteint en 24 heures 25.198 barils (environ 4 millions de litres). C'est une nette progression par rapport aux semaines précédentes et aux résultats obtenus avec les différents dispositifs installés par BP. Mais cette quantité ne représente pas la totalité de l'épanchement, dont le débit réel reste inconnu.

En surface, un nouveau bâtiment vient d'être mis en service. Baptisé A whale (Une baleine), il appartient à l'entreprise taïwanaise TMT (Taiwan Maritime Transport). Ce super-tanker de 340 mètres de longueur a été équipé pour collecter le fuel répandu en surface, « comme une tondeuse ramassant le gazon », a commenté Nobu Su, P-DG de TMT. Mais le mauvais temps dans le golfe, après le passage de l'ouragan Alex, complique beaucoup le travail de cette baleine.

Une facture provisoire de trois milliards de dollars

Pendant ce temps, la nappe de pétrole brut continue d'être brassée dans cette lessiveuse géante qu'est le golfe du Mexique. Après avoir léché la Louisiane, le Mississippi, l'Alabama et la Floride, elle a touché les côtes du Texas, près de Galveston, sous forme de boulettes. Les analyses ont confirmé qu'il s'agissait bien du pétrole du forage de Deepwater Horizons.

Les quantités déposées sont minimes par rapport à celles des masses gluantes déversées dans les mangroves et sur les côtes de la Louisiane, mais cet invité inattendu a tout de même déclenché une vague de mesures de protection, notamment celle des équipes de BP arrivées sur place.

Le groupe pétrolier a déclaré lundi avoir déjà dépensé 3,12 milliards de dollars (2,47 milliards d'euros) et annonce avoir reçu 95.000 demandes de dédommagements, 47.000 ayant été honorées, pour un montant d'environ 147 millions de dollars.

Cela vous intéressera aussi