Le dernier BOP (blowout preventer, ou bloc obturateur de puits) le 29 juin dernier, construit en environ deux mois, prêt à être descendu quelques jours plus tard au niveau du puits. Il est chargé de récupérer l'écoulement de brut et de le diriger vers les conduits raccordés aux bâtiments en surface. © BP

Planète

Un nouvel entonnoir contre la marée noire du golfe du Mexique

ActualitéClassé sous :océanographie , marée noire , Golfe du Mexique

-

Récupérer l'intégralité du brut s'écoulant du forage de l'ex-plate-forme Deepwater Horizons : c'est l'espoir - mais pas la promesse - de BP après l'installation d'un nouveau dispositif à 1.500 mètres de profondeur.

Près de trois mois après le naufrage de la plate-forme Deepwater Horizon et le début de la marée noire dans le golfe du Mexique, le groupe pétrolier britannique essaie aujourd'hui un nouveau dispositif pour endiguer la fuite du pétrole brut à 1.500 mètres de fond. Comme au mois de mai, il s'agit d'une sorte d'entonnoir, un couvercle en béton venant coiffer la fuite pour récupérer le brut. La première tentative, baptisée Top kill, avait rapidement échoué et BP avait imaginé d'autres solutions, consistant surtout à pomper au plus près de l'épanchement.

L'idée du couvercle n'a cependant pas été abandonnée et, début juin, un nouvel entonnoir a été installé. Le dispositif parvenait à récupérer quotidiennement jusqu'à quatre millions de litres... du moins les bons jours seulement.

Solution finale en août

Toujours inconnu, le débit de la fuite est estimé entre 5 et 10 millions de litres par jour mais pourrait être plus élevé (fin juin, un document interne de BP, rendu public par un membre du Congrès, parlait de 100.000 barils par jour, soit environ 16 millions de litres). Samedi dernier, l'entonnoir a été retiré et un nouveau dôme de confinement a été descendu lundi. Plus vaste, il mesure 6 mètres de hauteur pour un poids de 75 tonnes. Baptisée Top hat 10, l'opération serait une première à une telle profondeur.

Avec ce nouveau système, BP espère récupérer la totalité du pétrole mais ne peut rien garantir. Il faut d'abord l'installer correctement au niveau de la fuite et les équipes du pétrolier se donnent jusqu'à 48 heures (donc jeudi) pour en tester l'efficacité.

Si ce dispositif fonctionne correctement, il permettra d'arrêter la fuite jusqu'au colmatage définitif, prévu pour le début ou le milieu du mois d'août. A l'intérieur de deux puits de secours, actuellement en train d'être creusés, BP injectera du ciment et des boues de forage pour obturer complètement le forage.

Cela vous intéressera aussi