La catamaran solaire MS Tûranor PlanetSolar pèse 89 t et est alimenté par 516 m2 de panneaux solaires. Cette photographie a été prise lors de son arrivée à St-John's (Canada) le 1er août 2013. © PlanetSolar

Planète

En bref : de retour en Europe, le navire solaire PlanetSolar fait escale en Belgique

ActualitéClassé sous :océanographie , MS Tûranor PlanetSolar , PlanetSolar DeepWater

Après 23 jours de navigation, le MS Tûranor PlanetSolar est pour la deuxième fois cette année venu à bout de l'Atlantique nord. Ainsi, le plus grand catamaran solaire du monde est de retour en Europe et c'est en Belgique, à Oostende, qu'il a fait sa première escale. Il reprend la mer aujourd'hui en direction de Londres, où se conclura l'expédition scientifique PlanetSolar DeepWater.

Ce 28 août 2013, le MS Tûranor PlanetSolar a bouclé sa deuxième traversée de l’Atlantique en 2013. Après son départ de St-John's le 6 août dernier (Terre-Neuve, Canada), il a donc fallu 23 jours au plus grand catamaran solaire de la planète pour rejoindre le port d'Oostende (Belgique), après avoir parcouru 4.598 km à la vitesse moyenne de 4,5 nœuds (8,3 km/h). La navigation n'a pas été simple, puisque l'équipage, mené par le capitaine Gérard d'Aboville, a dû faire face à des vents puis des courants défavorables, avant de subir un taux d'ensoleillement inférieur à la moyenne pour cette période de l'année.

Le MS Tûranor PlanetSolar va reprendre la mer en direction de Londres ce 30 août 2013. Cette escale dans la capitale britannique conclura la phase de mesures exclusives de l'expédition scientifique PlanetSolar DeepWater. Menée par Martin Beniston de l'université de Genève (Unige), elle a pour objectif de récolter des données physicochimiques et biologiques en continu le long du Gulf Stream, que ce soit sous l'eau, à son interface avec l’atmosphère ou dans l'air. Dans ce contexte, l'escale londonienne permettra d'obtenir des mesures à proximité d'une grande zone urbaine, comme à Boston (États-Unis) en juin dernier.

Durant son étape belge, le catamaran de 31 m s'est vu équiper d'un nouvel équipement : un filet réalisé par la fondation Waste Free Oceans. Il va être utilisé dans le cadre d'une campagne de ramassage des déchets plastiques flottants, car ils sont à la base d'un problème environnemental sans cesse grandissant. Selon les informations disponibles, le navire devrait, après Londres, rejoindre Paris avant de repartir vers le Sud. Visiblement, il n'ira donc pas à Bergen (Norvège), ce qui était initialement prévu.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi