Les vagues scélérates intriguent les chercheurs. Ils ne savent pas les prévoir. Mais ils viennent d’en enregistrer une tout à fait exceptionnelle au large du Canada. © Kelly Headrick, Adobe Stock
Planète

Journée mondiale de l'océan : « C’est la vague la plus extrême jamais observée ! »

ActualitéClassé sous :océan , Canada , Fonds marins

Les vagues scélérates sont impressionnantes. Et celle observée par des chercheurs au large du Canada en novembre 2020 l'a peut-être été encore un peu plus que les autres. Avec ses près de 18 mètres de haut, elle s'est élevée trois fois plus que toutes les vagues qui l'entouraient.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'Arctique menacée par les vagues ?  Une nouvelle étude annonce que le réchauffement climatique pourrait être à l'origine de vagues plus hautes en Arctique, mettant en danger le paysage et les communautés côtières qui y vivent. 

Les vagues scélérates. Les premiers à les avoir décrites ont été des marins. Dont on a même parfois eu peine à croire les histoires. Pourtant, il arrive bel et bien que des vagues d’une ampleur absolument anormale se forment en mer. Imaginez un mur d'eau qui se dresse tout à coup devant vous. Un mur d'eau de quelque 17,6 mètres de haut ! C'est le chiffre que des chercheurs de l’université de Victoria (Canada) viennent de confirmer pour une vague scélérate enregistrée au large du Canada en novembre 2020.

Cela semble malgré tout peu, face aux 25,6 mètres atteints par la toute première vague scélérate -- la vague scélérate dite Draupner -- à avoir été enregistrée par des instruments scientifiques en 1995, en mer du Nord. Mais ce qui fait réellement le caractère remarquable de cette vague qui s'est développée du côté d'Ucluelet, c'est que l'état de la mer alentour ne produisait alors pas de vagues de plus de 6 mètres. Ainsi la vague en question a atteint près de trois fois la taille des vagues qui l'entouraient. Celle de la mer du Nord n'avait pas dépassé les deux fois.

La vague scélérate enregistrée au large du Canada est montée près de trois fois plus haut que les vagues alentours. © MarineLabs

Un événement hautement improbable

« C'est la vague la plus extrême jamais observée. La probabilité qu'un tel événement se produise n'est pas de plus d'une fois tous les 1.300 ans », précise Johannes Gemmrich, chercheur, dans un communiqué du MarineLabs de l’université de Victoria. Et si les chercheurs s'y intéressent désormais de près, c'est bien parce qu'elles représentent un danger pour les activités marines voire même, pour les structures terrestres.

Car pour l'heure, la cause de ces vagues scélérates reste mal comprise. Sans doute une combinaison de plusieurs facteurs : la vitesse du vent et sa direction, la profondeur de la mer ou encore les caractéristiques des fonds marins. Il faut dire que peu d'entre elles ont pu être étudiées jusqu'à présent. Mais le MarineLabs prévoit, dans l'espoir d'en apprendre plus, d'ajouter quelque 70 bouées de mesure à sa flotte.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !