Ce qui a fait la réputation de l’île aux cochons, du moins dans la communauté scientifique, c’est son impressionnante colonie de manchots royaux. Une colonie qui a pourtant perdu 90 % de ses membres en quelques années seulement. Comment ? C’est le mystère que des chercheurs ont tenté de percer en 2019. © Michel Izard et Bertrand Lachat
Planète

Le grand reporter de TF1, Michel Izard, nous raconte les mystères de l'île aux cochons

ActualitéClassé sous :ile , Reportage , oiseaux

[EN VIDÉO] L’île aux cochons, une île mythique  En 2019, Michel Izard, grand reporter, a profité d’une expédition scientifique programmée sur l’île aux cochons, aux portes de l’Antarctique, pour découvrir cet endroit mythique. Une île sur laquelle aucun homme n’avait posé le pied depuis 1982. Une île réputée porter la plus grande colonie de manchots royaux au monde. Jusqu’à ce que des images satellites montrent la disparition de 90 % d’entre eux. Un véritable mystère. © Michel Izard et Bertrand Lachat 

L'île aux cochons. En voilà un drôle de nom pour une île. Surtout quand on sait qu'elle est perdue au milieu de nulle part. Aux portes de l'Antarctique. Et que ce qui a rendu cette île célèbre, c'est une bande de manchots royaux. Pas n'importe laquelle. La plus grande colonie au monde. Mais ça, c'était avant. Avant que quelque chose ne vienne les décimer. Alors même que cela faisait presque 40 ans qu'aucun homme n'y avait posé le pied, Michel Izard y est allé. Avec une équipe de scientifiques. Le grand reporter nous livre ses impressions. Mais pas les clés du mystère...

En collaboration avec

Grand reporter sur TF1

Un endroit à l'écart de tout. Une nature dans son état le plus sauvage. Effervescente et sereine. Une sorte de paradis sur Terre. Ça semble difficile à concevoir. À imaginer, même, dans notre société de l'artificiel. Pourtant, cet endroit existe. Cet endroit, c'est une île. Une île connue aujourd'hui de tous sous le nom de l'île aux cochons. Une île mythique. Une île qui a su rester cachée des hommes pendant presque 40 ans. Dans les brumes du sud de l'océan Indien, aux portes en l'Antarctique.

« L’île aux cochons est hantée d’histoires de naufrages. L’aborder par la mer est extrêmement dangereux. Certains y ont laissé leur vie. Mais nous y avons été déposés par hélicoptère. C’était bien plus confortable. Même s’il fallait attendre une météo favorable. La seule hâte, c’était que le Marion Dufresne disparaisse de l’horizon. Pour que nous soyons enfin… seuls au monde », nous raconte Michel Izard. © Michel Izard et Bertrand Lachat TF1, tous droits réservés

« Je préparais un reportage dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Je devais partir à la rencontre de ceux qui travaillent là et de ceux qui les relient à notre monde. Et, j'ai appris qu'une expédition spéciale s'apprêtait à débarquer des scientifiques sur l'île aux cochons », nous raconte Michel Izard« L'île allait sortir de son isolement. Nous ne pouvions pas laisser une poignée de chercheurs en rester les seuls témoins. Nous devions les accompagner. » Raconter cette histoire extraordinaire. C'était ce que le grand reporter avait en tête. Sans se douter réellement qu'il s'apprêtait à vivre une aventure à nulle autre pareille.

Parce que Michel Izard en a vu du pays. L'Antarctique, il connaît. Mais « l'île aux cochons ne ressemble vraiment à rien d'autre. C'était un peu comme si nous étions sur un autre monde », nous confie-t-il. Sur un autre monde et dans un autre temps, pourrait-on presque dire.

Sur cette île prospérait, il n'y a pas si longtemps, la plus grande colonie de manchots royaux au monde. Plus d'un million d'individus. Mais il faut bien dire « qui prospérait ». Parce qu'en 2018, des images satellites ont révélé une douloureuse vérité. La disparition de 90 % d'entre eux. Et c'est pour ça que des scientifiques ont décidé d'y retourner. Près de 40 ans après la dernière visite humaine. Pour comprendre la cause de ce déclin brutal.

Les poussins manchots royaux que l’on découvre ici, encore recouverts de leur duvet, sont plutôt curieux. « Ils venaient nous picorer les pieds, se souvient Michal Izard. Peut-être parce qu’ils nous prenaient pour leurs parents. » Car il faut savoir que les manchots n’ont pas une bonne vue. Ils se reconnaissent par leurs cris. © Michel Izard et Bertrand Lachat TF1, tous droits réservés 

L'île aux cochons, au cœur de nulle part

« Imaginez la chance que nous avons eue. Des chercheurs ont rêvé de l'île aux cochons toute leur vie. Charly Bost est ornithologue. En 1982, il était sur le Marion Dufresne lorsque le navire ravitailleur des TAAF a déposé les derniers scientifiques à s'y être aventurés. Et pendant 37 ans, Charly est retourné chaque année dans l'archipel Crozet. Sans plus jamais revoir l'île, laissée depuis à l'écart de la route du Marion Dufresne. Là, il se préparait à y poser le pied pour la première fois... et sans doute aussi la dernière. Les émotions que nous avons partagées avec lui sont indescriptibles », nous raconte Michel Izard.

« Les manchots sont des animaux attachants, mais l’albatros hurleur… ! Voir un albatros hurleur posé à terre, c’est impressionnant. C’est le plus grand oiseau du monde. Quelque 3,70 mètres d’envergure pour pas loin de 12 kilos. Et même si celui-là n’était encore qu’un poussin, il avait déjà atteint sa taille adulte. Le voir déployer ses ailes et claquer son bec. Entendre le vent balayer ses plumes et arracher ce qui lui reste de duvet. C’est une sensation que je n’oublierai jamais », nous raconte Michel Izard, un reste d’émotion dans la voix. © Michel Izard et Bertrand Lachat TF1, tous droits réservés

« Un peu comme l'est le sentiment que j'ai eu lorsqu'après six jours de mer, six jours d'une attente de plus en plus intenable, nous avons enfin ralenti. Nous savions qu'elle était là. Mais devant nous, il n'y avait que de la brume. L'île aux cochons était fidèle à sa réputation. C'est ce que je me disais quand le voile s'est finalement déchiré. Révélant ce morceau de terre perdu au milieu de nulle part. L'espace d'un instant, je me suis retrouvé transporté en 1772. Je n'étais plus à bord du Marion Dufresne. Mais sur le bateau de l’explorateur qui lui a donné son nom. Dans la peau de ces navigateurs d'autrefois. Qui, eux aussi, avaient vu surgir de la brume, une île aussi mystérieuse qu'attirante. »

« Je n’ai jamais eu peur, sur l’île aux cochons. Il n’y a pas vraiment de danger là-bas. Les animaux ne sont pas agressifs. Mais bien sûr, mieux vaut éviter de s’approcher trop d’un éléphant de mer. Si ses cinq tonnes vous tombaient dessus – même par inadvertance –, je ne donnerais pas cher de votre peau, nous confie Michel Izard, dans un sourire. La sécurité, c’est le point qui différencie notre expédition de celles du passé. Le plus grand risque, pour nous, c’était sans doute de nous faire une mauvaise entorse qui nous empêcherait de profiter de la suite de l’aventure. » © Michel Izard et Bertrand Lachat TF1, tous droits réservés

Une aventure dans un autre temps que seuls les mots pouvaient espérer réussir à raconter. « Finalement, c'est pour ça que j'ai écrit "Le mystère de l'île aux cochons" (éditions Paulsen). » Pour faire sentir « la force de l'histoire des lieux ». Faire sentir à quel point cette île à l'écart de tout nous connecte au temps. En contact avec ceux qui se sont échoués là par le passé. Passant des semaines, parfois des mois, à réapprendre à vivre dans la nature. En contact avec ceux qui ont tenté de dompter cette île mystérieuse.

« Les skuas, c’est, pour les manchots, à peu près le seul danger qui existe sur l’île aux cochons. Ils viennent dévorer des cadavres d’animaux morts. Ce sont des nettoyeurs. Mais ils peuvent aussi s’attaquer, parfois, à des œufs ou à des manchots affaiblis », nous explique Michel Izard. © Michel Izard et Bertrand Lachat TF1, tous droits réservés

Mais aussi en contact avec l'urgence. « Nous n'avions que cinq jours à passer sur place. C'était peu de temps laissé aux scientifiques pour mener leurs investigations. » Peu de temps pour percer le mystère de l'île aux cochons. Mais pourtant tellement de temps dans cet univers apaisé. Cet univers où l'on ne connaît pas le danger. « Les albatros, les éléphants de mer, les manchots ne viennent sur l'île aux cochons que pour se reproduire ou pour muer. Ils ne se font pas concurrence. Ils n'ont pas de prédateur. » Leur vie est belle. Sans soucis. Et ce ne sont pas quelques hommes qui vont les déranger. « Mon regard anthropomorphique dirait qu'ils nous ont bien accueillis. Ils nous ont permis de nous immerger immédiatement et complètement dans leur vie. Mais si je suis honnête, je dois dire que je me suis surtout senti comme un intrus parmi eux. Comme si finalement, notre présence passait, pour eux, totalement inaperçue. »

Sur l’île aux cochons, les animaux sont indifférents à la présence des hommes. La plupart du temps. Comme le prouve cet éléphant de mer. Surprise ou mécontentement ? Difficile de trancher. Mais il semble certain qu’il a bien repéré un intrus. © Michel Izard et Bertrand Lachat TF1, tous droits réservés 

Le mystère de l'île aux cochons

Voilà pour « l'autre temps ». Pour ce qui est de « l'autre monde », il est peut-être plus facile à entrapercevoir, à toucher du doigt. C'est le cas de le dire. « À l'abord de l'île aux cochons, c'est d'abord la vue qui est mise en alerte. Cette terre volcanique, cet immense rocher nu qui sort de la brume. Puis il y a le bruit. Celui du vent qui souffle sans cesse. Celui de l'herbe qu'écrasent nos pas. Celui des vagues qui se fracassent sur les rochers. Celui des manchots, bien sûr. Des manchots qui crient pour se retrouver. Et à proximité de la manchotière, il y a les odeurs. Des odeurs animales. Des odeurs de déjections. Sans oublier toutes les sensations. La sensation de froid exacerbée par la pluie et par le vent. La sensation de presque s'enfoncer dans un sol sans chemin tracé. Un sol tapissé de verdure. »

Celle qui était par le passé la plus grande colonie de manchots royaux au monde est aujourd’hui largement moins impressionnante. © Michel Izard et Bertrand Lachat TF1, tous droits réservés

Pendant que le grand reporter savourait l'instant - présent tout autant que passé -, les scientifiques, eux, travaillaient d'arrache-pied. Recueillant un maximum d'indices qui pourraient les mettre sur la piste. Comprendre comment tant de manchots royaux ont pu disparaître en si peu de temps. Pour avoir la réponse, il vous faudra vous plonger dans « Le mystère de l'île aux cochons ».

Équiper quelques manchots de balises pour les suivre sur les voies navigables qu’ils empruntent jusqu’à leurs réserves de nourriture. C’était l’un des objectifs de la mission scientifique de 2019 sur l’île aux cochons. © Michel Izard et Bertrand Lachat TF1, tous droits réservés

Partir vous aussi aux côtés de ces quelques chercheurs qui ont bravé les éléments pour trouver des réponses. Pour découvrir, peut-être, que même au plus profond de l'océan Indien, au milieu de nulle part, sur l'île aux cochons, les réponses données par la nature sont complexes. Et les solutions, parfois à chercher bien au-delà des frontières. Pour finalement, prendre le risque de tourner la dernière page avec l'envie que cette île mythique garde pour toujours... une part de mystère.

Dans une nature primaire, sur une île sauvage au nom énigmatique, où aucun homme n’a posé le pied depuis près d’un demi-siècle, une catastrophe a frappé les manchots. Une équipe de scientifiques est partie enquêter. Cliquez pour acheter le livre

Une envie de s'évader pour l'été ? 

Pour célébrer les vacances comme il se doit, découvrez le Mag Futura au prix préférentiel de 15 € au lieu de 19 €, soit une réduction de 20% ! 

Au programme de ce numéro : une plongée au cœur de 4 thématiques scientifiques qui vont marquer 2022, de la Terre à la Lune : 

  • Quels mystères nous cache encore la Lune ?
  • Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes ?
  • Comment nourrir le monde sans le détruire ?
  • L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente ?

Le Mag Futura, c'est quoi ? 

  • Notre première revue papier de + de 200 pages pour rendre la science accessible au plus grand nombre
  • 4 questions scientifiques majeures pour 2022, de la Terre à la Lune 
  • Livraison à domicile*

*La livraison se fait en France (hors France métropolitaine), Suisse, Belgique. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !