Aujourd’hui, le premier coup de pédale est donné en Auvergne. L’occasion de découvrir la biodiversité de la région, dont la vie forestière est riche, notamment grâce aux hêtres. Ces arbres sont de vrais nids pour nombre d’animaux, et contribuent pleinement à la sauvegarde de l’écosystème de la région.

L'année 2013 marque le 100e Tour de France de cyclisme et les dix ans de l'Inventaire national du patrimoine naturel. Dans ce contexte, le Muséum national d'histoire naturelleMuséum national d'histoire naturelle propose, pour chaque étape, un témoignage de l'étonnante biodiversité de France. Ce samedi 13 juillet 2013, les cyclistes du Tour du France s'apprêtent à faire chauffer leurs mollets en traversant l'Allier, la Loire et le Rhône. L'étape commencera doucement en Auvergne, avant d'attaquer les belles côtes des contrefortscontreforts du Beaujolais et se terminera en haut de la Croix-Rousse, à Lyon.

Les coureurs commenceront sous la fraîcheur des forêts humides de l'Auvergne, peuplées de hêtreshêtres communs (Fagus sylvatica). Nommés fayards dans le sud-est du pays, ces arbresarbres aux feuilles caduquescaduques font partie des essences principales des forêts tempérées d'Europe. On peut trouver dans certaines régions des hêtraies, des forêts de grande étendue à prédominance de hêtres, mais en Auvergne, on pédale plutôt sur les routes des hêtraies-sapinières. Ce sont des forêts montagnardes des massifs siliceux, dont le sol est acideacide.

Le tronc lisse du hêtre commun favorise le développement des mousses et des lichens. © Philippe Gourdain

Le tronc lisse du hêtre commun favorise le développement des mousses et des lichens. © Philippe Gourdain

Parce que le hêtre atteint une quarantaine de mètres, que son tronc est lisse et que ses branches couvrent plus de 600 m2, il est vital pour le bien-être de l'écosystèmeécosystème. MoussesMousses et lichens se développent sur lui, écureuils, mulots, loirs, muscardins, sanglierssangliers et oiseaux en tout genre se délectent de ses fruits, les faînes, qu'il ne produit qu'à partir de sa quarantième année.

Quand le hêtre se tortille

Si le hêtre se développe aussi bien dans toute l'Europe, c'est parce qu'il est fervent de terrains calcairescalcaires ou légèrement acides. Il grandit ainsi très bien dans les sols superficiels et résiste aux hivershivers. Robuste, son tronc peut atteindre jusqu'à 1,8 m de diamètre. C'est d'ailleurs ce qui lui vaut sa notoriété. Son cœur est principalement utilisé pour fabriquer des objets, ou pour être brûlé. Le hêtre est la principale source de bois de chauffage pour les habitants des régions de montagne d'Europe centrale.

Le caducifolié existe sous deux formes naturelles tout à fait remarquables. Le hêtre pourpre (Fagus sylvatica f. purpurea), qui doit sa couleurcouleur à une forte teneur en anthocyanidines, est très représenté dans les parcs paysagers. Les hêtres tortillardshêtres tortillards sont tellement entremêlés qu'ils forment une sorte de labyrinthe rappelant les banians (Ficus prolixa) dans les tropiques. L'espèceespèce n'est recensée que dans trois pays d'Europe : l'Allemagne, la France et la Suède. Dans notre pays, on peut en apercevoir à Verzy dans la Marne, et en Auvergne, un site a récemment était découvert. Levez donc le neznez du guidon, et appréciez le paysage forestier.

Retrouvez l'intégralité des vidéos sur le site du Muséum national d'histoire naturelle.