Les hippopotames pygmées de Madagascar étaient en compétition pour l'espace et pour la nourriture avec les chèvres domestiques. © Tatiana Grozetskaya, Adobe Stock
Planète

Madagascar : des oiseaux-éléphants et des hippopotames pygmées remplacés par des chèvres…

ActualitéClassé sous :Faune , Madagascar , potamochère

L'introduction accidentelle ou volontaire d'espèces sur des îles peut causer d'importants dégâts aux espèces indigènes. Une étude sur la faune de Madagascar montre que les arrivées clandestines ne sont pas les seules à porter préjudice aux espèces natives de l'île...

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Madagascar : découverte de nombreux fossiles dans une grotte immergée  Des experts de la National Science Fondation estiment avoir trouvé le plus grand gisement de fossiles et d’ossements d’animaux jamais découvert. Située à Madagascar, cette grotte immergée est un site unique et fascinant. Découvrez en vidéo comment les scientifiques récupèrent et analysent les ossements. 

Il y a 10.000 ans, la mégafaune endémique de Madagascar était composée de lémuriens ayant la taille de gorilles, de tortues géantes, d'oiseaux-éléphants mesurant trois mètres de haut et d'hippopotames pygmées d'un mètre de haut. L'Homme est arrivé à Madagascar entre il y a 10.000 et 1.000 ans (le débat est toujours en cours) et la plupart des populations de mégafaune endémique ont décliné aux alentours d'il y a 1.000 ans.

L'oiseau-éléphant (Aepyornis maximus) était une espèce indigène de Madagascar. © nicolasprimola, Adobe Stock

Une étude parue dans le journal Proceedings of the Royal Society B rapporte les résultats d'analyses isotopiques sur les os d'espèces endémiques éteintes de Madagascar et sur celles d'espèces introduites par l'Homme dans le cadre du pastoralisme. Parmi ces espèces, on trouve des zébus, des potamochères et des chèvres domestiques.

Les potamochères ont été volontairement introduits par l'Homme à Madagascar. © Gerald Villena, Adobe Stock

L'extinction de la mégafaune endémique de l'île

Les auteurs de l'étude indiquent que les deux types de faune, endémique et introduite, se sont côtoyés entre il y a 800 et 1.000 ans. De plus, les analyses isotopiques montrent notamment que les chèvres, les tortues géantes et les hippopotames pygmées avaient le même régime alimentaire et occupaient probablement les mêmes habitats.

Selon les auteurs, cette compétition entre les deux types de faune, couplée à l'activité occasionnelle de chasse par l'Homme et aux fluctuations climatiques, a entraîné la disparition de la mégafaune endémique de Madagascar, il y a 500 ans.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !