Une tortue géante des Galápagos que l’on croyait disparue depuis 100 ans est réapparue !

Classé sous :tortue , Tortue géante des Galapagos , Chelonoidis phantasticus

On la pensait éteinte à jamais : les chercheurs viennent de confirmer que la tortue géante retrouvée en 2019 sur l’île de Fernandina appartient bien à l'espèce Chelonoidis phantasticus, dont le dernier spécimen avait été répertorié aux Galápagos en 1906. L'université de Yale a dévoilé les résultats de l'analyse génétique de la tortue et a confirmé que son ADN correspond bien à celui du spécimen de 1906. George, dernier représentant de la Chelonoidis abingdoni, était mort sans descendance en 2012 faute d'avoir réussi à s'accoupler avec des femelles d'espèces similaires.

La tortue géante Chelonoidis phantasticus est endémique de Fernandina, une île inhabitée de 638 km2 des Galápagos, un archipel volcanique de l'océan Pacifique renommé pour sa faune et sa flore uniques au monde. Sur les quinze espèces de tortues géantes endémiques des Galápagos, deux sont éteintes et douze sont menacées d'extinction (la quinzième n'a pas encore été officiellement décrite). Âgée d'environ 100 ans, la tortue femelle vit désormais dans un centre d'élevage de l'île Santa Cruz, les scientifiques ayant jugé qu'elle n'avait pas suffisamment de nourriture dans la zone où elle vivait. Une autre expédition est d'ores et déjà programmée sur l'île Fernandina pour rechercher d'autres spécimens. Si tel était le cas, il serait possible d'envisager une reproduction : la tortue peut vivre jusqu'à 200 ans, donc cela laisse encore de belles années à notre tortue centenaire.

La tortue trouvée il y a deux ans sur l'île Fernandina de l’archipel des île Galápagos (Équateur) est une espèce de Chelonoidis phantasticus. © The Gardian

La tortue appartient à la même espèce que George, l’emblême des Galápagos décédé en 2012. © putneymark, Flickr
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Lily, tortue blessée par un hameçon et du plastique, a retrouvé la mer  Début 2020, Lily la tortue a été retrouvée blessée par un hameçon et intoxiquée au plastique... Après avoir été soignée par le Centre de réhabilitation de la faune sauvage de l'association Marineland, la voilà de retour à la mer !