L’éruption débutée sur la péninsule de Reykjanes le 3 août continue et suit une évolution classique en matière de dynamisme éruptif. Les scientifiques locaux craignent toutefois l’ouverture d’autres fissures éruptives… Ils suivent aussi la dispersion des gaz éruptifs qui pourraient gêner les villages aux alentours et la région de Reykjavik. Pour ces deux raisons, les nombreux visiteurs qui affluent pour voir ce magnifique spectacle naturel doivent aussi être sur leurs gardes.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment se forme le magma avant une éruption volcanique ? Le magma est à l'origine de la formation des volcans. Cette roche en fusion, qui bouillonne dans le cratère, provient d’une fusion partielle du manteau de la Terre. Futura a rencontré Jacques-Marie Bardintzeff, docteur en volcanologie, qui raconte l'origine du magma.

L'éruption islandaise continue, sans changements majeurs depuis son commencement. Elle suit malgré tout une évolution classique pour une éruption fissurale, avec le maintien de l'activité sur quelques évents explosifs de la fissure initiale qui en comptait de nombreux au départ de l'éruption.

Sur ces quelques évents, l'activité explosive est modeste, avec des fragments de lave qui ne dépassent pas la vingtaine de mètres. Ceux qui retombent du côté est de la fissure s'entassent les uns sur les autres et commencent à construire un relief, ce que l'on appelle un « spatter rempart » (un rempart d'éclaboussures). De l'autre côté en revanche, ces fragments retombent sur les laves en mouvementsmouvements qui les embarquent : les évents restent donc ouverts vers l'ouest.

Comparaison d’images satellites montrant l’endroit où la fissure éruptive s’est ouverte, à l’extrémité nord de la vallée de Meradalir.

Photos montrant l’amorce de construction à l’est de la fissure par les projections volcaniques qui retombent et se soudent aux précédentes. Vers l’ouest, la lave s’évacue et forme un étang de lave 

La majeure partie de la lave qui arrive en surface forme des coulées. Ces laves se sont d'abord accumulées au niveau de l'extrémité de la vallée de Meradalir où la fissure éruptive s'est ouverte. Le relief étant très plat, la lave y a stagné et a formé un étang de lave. Puis, ce dernier a fini par déborder vers le sud-est, à l'origine d'une coulée de lave qui a atteint l'extrémité orientale de la vallée de Meradalir.

Pour l'instant, ces laves recouvrent le champ de lave de l'année dernière. Les scientifiques islandais ont fait tourner un modèle d'étalement des coulées en fonction du relief et ont montré que si le débitdébit et la situation éruptive reste inchangées, les laves n'atteindront même pas la route qui longe la côte sud de la péninsulepéninsule après 200 jours d'éruption ! Une preuve que l'éruption est vraiment située dans une zone quasiment déserte !

Superbes images filmées au matin du 5 août. © Marco Di Marco

Un site éruptif sous surveillance

Le débit éruptif, estimé à environ 32 m3/s au début de l'éruption, a rapidement diminué et se situe aux alentours de 18 m3/s. C'est quatre fois plus important que le débit de celui de l'année dernière estimé après quelques jours d'activité, bien que cela reste un débit assez modeste pour une éruption islandaise.

En conséquence, la quantité de gazgaz émis dans l'atmosphère est plus importante que l'année dernière. Lorsqu'il y a du ventvent, ces gaz sont emportés et peuvent gêner les habitants des villages et villes de la péninsule de Reykjanes, Reykjavik notamment. Et lorsque les conditions météorologiques sont plus calmes, ces gaz stagneront autour du site éruptif, notamment dans les fonds de vallée, ce qui peut être problématique pour les nombreux curieux qui viennent apprécier le spectacle !

Un autre risque pour ces personnes concerne la possibilité que de nouvelles fissures éruptives s'ouvrent, si l'actuel site éruptif ne permet pas d'évacuer l'intégralité de la pressionpression dans le conduit volcanique. Cela était arrivé plusieurs fois lors de l'éruption de l'année dernière. Des scientifiques locaux ont ainsi survolé la zone dans cette optique.

Et puis, il y a toujours les risques liés à la mauvaise météométéo qu'il ne faut surtout pas sous-estimer en Islande. C'est d'ailleurs pour cela que les autorités ont décidé de fermer le site pour cette journée de dimanche. Les webcamswebcams attestent d'ailleurs de mauvaises conditions... Mais ouvrez l'œilœil, lorsque les nuages disparaîtront, le spectacle reviendra !

Webcam 1

Webcam 2

Pour ceux qui souhaitent comprendre le déroulement classique d’une éruption fissurale (ici, du Piton de la Fournaise), ce DVD, réalisé par l’auteur de cet article, est fait pour vous !


 Fontaine de lave au-dessus du cône éruptif de l'éruption de Reykjanes en 2021. © Thorir, Adobe Stock
 Fontaine de lave au-dessus du cône éruptif de l'éruption de Reykjanes en 2021. © Thorir, Adobe Stock

Éruption volcanique en Islande : suivez son évolution en direct

L'intense sismicité commencée le weekend dernier n'était donc pas un énième « coup pour rien ». Depuis le mercredi 3 août, vers 13 h (heure locale), une éruption a commencé en Islande, sur la péninsule de Reykjanes, non loin du site de la dernière. Les risques associés sont très modestes pour l'instant... Les images sont toujours aussi spectaculaires !

Article de Ludovic LeducLudovic Leduc, publié le 5 août 2022

C'est aux environs de 13 h (heure locale) mercredi 3 août 2022 que la webcam qui balaye le site de l'éruption de l’année dernière permit de remarquer un alignement de fontaines de lave d'une vingtaine de mètres de haut sur une fissure éruptive longue de 200 ou 300 mètres. Elle s'est ouverte à environ deux kilomètres au nord-est du site de la dernière éruption, au nord de la vallée de Meradalir... Cette webcam permet de suivre l'activité en direct : c'est vraiment royal !

Une éruption sans trop de risques pour la population

C'est une éruption fissurale, avec une explosivité très modeste et la prédominance des coulées de lave qui, déjà, s'étalent dans cette vallée. En conséquence, les risques sont très modestes pour la population islandaise, la route bordant le littoral étant à plus de quatre kilomètres et Reykjavik, la capitale, à plus de 20 kilomètres ! Grindavik, le village le plus proche, se trouve de l'autre côté du mont Fagradalsfjall, tout comme la centrale électrique qui alimente une bonne partie de l'électricité de la péninsule de Reykjanes et la région de la capitale ! Ce sera donc surtout un formidable spectacle, et les nombreux touristes sur l'île devraient nous offrir de belles images !

Suivre l'éruption en direct du volcan en Islande. © mbl.is, YouTube