Planète

Surpêche : des stocks de poissons sur la bonne voie dans l’Atlantique

ActualitéClassé sous :développement durable , surpêche , flotte de pêche

À en croire de nombreux spécialistes ou associations, les stocks de poissons s'effondrent dans le nord-est de l'Atlantique. Pourtant, une nouvelle étude démontre que cela n'est pas toujours vrai, et que c'est même plutôt l'inverse dans certains cas. De plus en plus de stocks sont exploités durablement, notamment grâce à une diminution des efforts de pêche qui résulte d'une réforme européenne décidée en 2002.

Avec ses six millions de tonnes de poissons fournies chaque année, grâce à ses 80.000 navires de pêche et à l'aquaculture, l'Union européenne occupe la quatrième place des producteurs de cette ressource dans le monde. © Ohio Sea Grant and Stone Laboratory, Flickr, cc by nc 2.0

Définie par l'Union européenne, la politique commune de la pêche (PCP) est régie par un ensemble de règlements, dont certains visent à conserver et exploiter durablement les stocks de poissons dans les eaux européennes. Le défi est de taille, car le nord-est de l'Atlantique est quotidiennement sillonné par 80.000 navires de pêche. De nombreuses voix se sont déjà élevées pour décrier cette initiative, car les stocks de poissons ont pendant de longues années été surexploités, au point de régulièrement décroître, prouvant ainsi l'inefficacité de la PCP.

Visiblement, les détracteurs de la politique commune de la pêche ont partiellement tort, car certains efforts semblent porter leurs fruits, du moins si l'on en croit l'étude publiée par Paul Fernandes et Robin Cook dans la revue Current Biology. Leur article conclut un travail d'enquête au cours duquel l'évolution de 57 stocks de poissons répartis en quatre groupes (morues, pélagiques, démersaux et poissons plats) a été retracée pour ces 60 dernières années.

Pour ce faire, les chercheurs, qui travaillent respectivement pour les universités d'Aberdeen et de Strathclyde (Royaume-Uni), ont collecté des données auprès d'organismes publics sur le commerce du poisson en Europe, mais aussi sur les actions menées par les navires de la flotte européenne. Elles se composent notamment de millions d'informations sur la longueur, le stade de développement, le poids ou encore le sexe des animaux prélevés. Toutes ces données ont ensuite été utilisées pour alimenter un modèle mathématique qui fournit des estimations sur la taille des stocks. Les résultats obtenus ont été validés par le Conseil international pour l'exploration de la mer (Ciem). 

Les stocks de poissons ne seraient pas tous en déficit. Dans leur étude, Paul Fernandes et Robin Cook se sont notamment intéressés aux stocks de harengs (Clupea harengus), de maquereaux communs (Scomber scombrus) ou de chinchards (Trachurus trachurus), trois espèces qui ont un grand intérêt commercial. © Brian_Abbott, Flickr, cc by nc sa 2.0

Progression de l’exploitation durable des stocks de poissons

Ainsi, il semble bien que plusieurs stocks soient actuellement exploités durablement, une tendance qui tend à s'accroître depuis le début des années 2000, sachant que de profondes réformes ont été entreprises dans le cadre de la PCP en 2002. Elles incluaient notamment la fixation par espèce et par zone de pêche de nouveaux quotas de prélèvements, ainsi qu'un soutien plus marqué à l'aquaculture. Effectivement, l'amélioration des stocks coïncide avec la diminution de la pression de pêche qui a résulté de ces décisions.

Dans ce contexte, l'année 2011 est particulièrement symbolique, car pour la première fois depuis 1960, la majorité des stocks étudiés a été exploitée durablement, donc sans surpêche (en fonction de normes définies préalablement par des experts). Attention, les populations de poissons ne sont pas rétablies pour autant. Simplement, il est possible qu'elles parviennent à récupérer leur état initial, si les efforts de pêche restent en l'état durant encore de nombreuses années. Notons toutefois que, selon l'étude, le cas de la morue (Gadus morhua) reste précaire. La restauration de ses stocks nécessite encore des efforts. 

Certains experts nuancent tout de même ces résultats, bien qu'ils soulignent l'amélioration positive de quelques indicateurs. Leur principal argument : il y a plus de 57 stocks de poissons dans la zone étudiée, il faut donc éviter de tirer des conclusions générales trop hâtivement. Cependant, ils reconnaissent que l'étude s'est penchée sur le cas des espèces « les plus commerciales ». Quoi qu'il en soit, ces résultats se veulent pour le moins encourageants. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi