Planète

Sauver la planète, d’accord, si c’est le voisin qui commence !

ActualitéClassé sous :développement durable , Environnement , économie d’énergie

Les Français trient volontiers leurs déchets, mais la majorité d'entre eux refusent toujours d'acheter "bio", selon une étude réalisée par l'Institut français de l'environnement.

Ampoule basse consommation.

C'est pourtant avec une apparente unanimité que les consommateurs français dénoncent la "malbouffe", le peu (ou l'absence...) de goût ou l'industrialisation des produits alimentaires dont on se demande quelquefois s'ils ne sont pas directement issus d'une usine de produits pharmaceutiques. Mais voilà, si les citoyens de ce pays sollicitent en masse une meilleure qualité, paradoxalement ils la refusent s'il faut payer un peu plus cher !

L'étude de l'Institut français de l'environnement (Ifen), qui porte sur les habitudes des Français au cours de l'année 2005, est éloquente. 70 % d'entre eux reconnaissent trier régulièrement leurs déchets (piles, verre et emballages), contre 64 % pour le verre et 36 % pour le papier en 1998. De même, 60 % des ménages affirment tenir compte des économies d'énergie lors de l'achat d'un appareil électroménager. En revanche, 34 % seulement se disent intéressés par les produits Bio ou les ampoules basse énergie.

Pourtant, l'augmentation de la facture d'électricité du particulier de 75 % depuis 1990 n'est pas due à l'éclairage, mais bien à la multiplication d'appareils électroménagers (TV, DVD, appareils Hi-Fi, décodeurs, ordinateurs...) qui représentent actuellement plus de 20 % de la consommation du secteur résidentiel. Un équipement moyen, établi sur base d'un réfrigérateur, d'un lave-linge et d'un lave-vaisselle, représente une consommation de 837 kWh/an, mais il suffit d'un sèche-linge et d'un congélateur supplémentaires pour doubler ce chiffre.

Il est aussi intéressant de noter que le seul dispositif de mise en veille des appareils dits bruns (téléviseurs, chaîne, ordinateur et magnétoscope ou lecteur DVD) gaspille une moyenne de 207 kWh/an, et que le remplacement des ampoules classiques par des ampoules basse énergie divise le budget de l'éclairage par cinq...

Paradoxalement, ce sont les personnes les plus financièrement aisées qui adoptent ce type d'éclairage... Mais ce sont aussi celles qui possèdent le plus d'équipements électroniques et électroménagers énergivores et non recyclables. Economiser est certes louable... à condition que cela ne devienne pas un alibi pour consommer plus !

L'enfer, c'est les autres

60 % des Français estiment que l'état de l'environnement est bon dans leur commune, mais 24 % pensent la même chose de la France... et 3 % pour le reste de la planète.

76 % des citoyens affirment faire tout ce qu'il faut pour favoriser un environnement sain, même si cela leur prend plus de temps. Mais ce chiffre s'effondre à 56 % si cela leur coûte plus d'argent. Autrement dit, d'accord pour une vie saine, mais à condition que ce soit les autres qui paient...

72 % pensent que tout ce que l'on fait dans la vie moderne nuit à l'environnement. Presque un tiers des personnes interrogées sont convaincues qu'il ne sert à rien de faire des efforts pour l'environnement si les autres ne font pas de même. Autrement dit, on attend sagement que l'autre commence... De même, un tiers des Français estiment que les menaces sur l'environnement sont exagérées. On défend son 4x4 comme on peut...