Une jeune entreprise française expose un curieux véhicule au Mondial de l'Automobile, fruit de sept années de conception. Bien abouti, ce véhicule, qui peut se conduire à partir de 16 ans, joue sur l'économie, l'écologie et la sécurité. Il illustre une tendance marquée vers une montée en puissance de la motorisation électrique.
Cela vous intéressera aussi

Elle étonne tous les visiteurs du Mondial qui passent devant elle. La Courb C-Zen évoque les buggys tout-terrain et son aspect a de quoi séduire un public jeune. C'est justement à lui que s'adresse d'abord cet engin sans équivalent. La C-Zen n'est officiellement pas une voiture mais un quadricycle. Son conducteur peut donc l'utiliser à partir de ses seize ans avec un permis B1 (qui lui évitera de repasser l'épreuve théorique lors du passage du permis complet). Mais, malgré son allure, la C-Zen n'est pas conçue pour caracoler sur les sentiers champêtres. Citadine de vocation, cette biplace est électrique, Zen signifiant d'ailleurs, d'après  ses  concepteurs, Zéro Emission Nocive.

Sur le plan technique, le véhicule est plutôt élaboré. Sa carrosserie en plastiqueplastique est montée sur un châssis en tubes d'aluminiumaluminium, complétées par un arceau. Son moteur de 12 kW, alimenté par 100 kgkg de batteries lithium-ionbatteries lithium-ion, emporte la voiture (480 kg sans ses passagers) jusqu'à 90 km/h, une vitessevitesse limitée par constructionconstruction. A 50 km/h, l'autonomieautonomie annoncée est de 160 kilomètres. Elle embarque quelques perfectionnements techniques séduisants, comme un GPSGPS à traceur (avec autoradio compatible IpodIpod...) et un afficheur « tête haute », c'est-à-dire par projection sur le bas du pare-brise, indiquant vitesse et pressionpression des pneuspneus. A l'arrière, une caméra filme sur 160°, avec vision de nuit, et transmet les images à l'écran installé sur le tableau de bord. La clé de contact est remplacée par un détecteur biométrique, avec lequel on peut définir un groupe d'utilisateurs autorisés, ou que l'on peut désactiver, la mise en route imposant alors de taper un code.

L'intérieur est sobre mais informatisé. © Courb

L'intérieur est sobre mais informatisé. © Courb

Les électrons sont à la mode

En cas de vol avec violence sur le conducteur, la C-Zen, qui aura repéré le déblocage de la ceinture, coupera le moteur dès que la boîte de vitesse sera positionnée au point mort, et allumera les warnings. Ces dispositifs ne sont peut-être pas étrangers au fait que l'un des deux concepteurs, Jean-Yves Castellon, associé à Hervé Arnaud, est fonctionnaire à la PJ de Lyon. La recherche de la sécurité est poussée assez loin, avec, par exemple, l'obligation de boucler la ceinture de sécurité du conducteur pour démarrer le moteur. S'y ajoutent la structure renforcée du châssis, quatre freins à disque et une vitesse volontairement limitée.

Aboutissement de sept ans de travail, la Courb C-Zen paraît au point et, selon ses deux concepteurs, pourrait être commercialisée en 2009. Mais l'aspect industriel, lui, reste à préciser et la jeune entreprise Courb cherche encore des partenaires.

Quel que soit son succès, ce véhicule original se distingue agréablement de la production actuelle et participe d'une tendance générale. Les voitures électriquesvoitures électriques commencent à sortir du boisbois et plusieurs s'affichent plus fièrement qu'auparavant au cours de ce Mondial de l'automobileautomobile. Venturi Automobile montre sa Fetish, un cabriolet de 300 chevaux. Matra y est présent avec son intéressante gamme Gem, des véhicules construits sous licence et conçus par la société américaine du même nom (Global Electric Motorcars, filiale de Daimler Chrysler). Pendant ce temps, EDF, PSAPSA (Peugeot-Citroën) et Renault annonçaient un partenariat pour la réalisation de véhicules électriques et hybrideshybrides rechargeables.