Planète

Airpod : nouvelle offensive de la voiture à air comprimé

ActualitéClassé sous :développement durable , véhicule à air comprimé , MDI

-

Le dernier modèle de la gamme de véhicules à air comprimé conçus par la société MDI, installée près de Nice, sera bientôt produit en France. L'Airpod, minuscule voiture à trois places et sans volant, est testée par Air France pour les déplacements à l'intérieur des aéroports. Elle est aussi en lice pour le projet Autolib de voitures en libre-service à Paris.

Petite et limitée à trois places, mais plutôt spacieuse, l'Airpod n'est pas faite pour s'aventurer sur l'autoroute. Elle est vouée aux parcours urbains voire aux flottes captives à l'intérieur d'une usine ou d'un aéroport. © MDI

Porté à bout de bras par Guy Nègre et sa société MDI, installée à Carros, près de Nice, le concept de voiture à air comprimé peine à se frayer son chemin entre les géants de l'automobile. Techniquement, l'idée est connue depuis longtemps, consistant à envoyer de l'air comprimé dans un cylindre pour pousser un piston classiquement relié à un vilebrequin, comme dans un moteur thermique. Le procédé inventé par Guy Nègre est plus sophistiqué dans les détails avec une chambre secondaire de détente pour améliorer le rendement.

L'un des intérêts est de permettre une alimentation dite bi-énergie, la combustion d'essence pouvant donner un surcroît de puissance ou d'autonomie. Par rapport à une voiture électrique, le principe de l'air comprimé a l'avantage d'une recharge rapide.

Faute de susciter l'intérêt, le concept de ce moteur non polluant (mais il faut tout de même comprimer l'air) a bien failli disparaître corps et bien. Mais l'industriel indien Tata Motors a injecté de généreux fonds dans l'entreprise pour s'assurer la possibilité de développer un véhicule à air comprimé commercialisé en Inde. Pour le reste du monde, MDI a les mains libres...

Une allure curieuse et plutôt amusante pour l'Airpod, dont le conducteur entre par la portière avant, ici grande ouverte. Il trouvera un joystick pour piloter l'engin tandis que ses passagers entreront par l'arrière et lui tourneront le dos. On remarque les grandes roues arrière. Celles de l'avant, directrices, sont minuscules et mécaniquement réunies, ce qui évite un train avant lourd et complexe. © MDI

Bientôt en libre-service ?

Son dernier véhicule, baptisé Airpod, semble à la fois plus original et plus réaliste que les modèles précédents. Plutôt qu'une véritable voiture destinée aux longs trajets, l'Airpod se contentera de déplacements courts et ne sortira pas de la ville. D'ailleurs, l'Airpod ne ressemble à peu près à rien de connu.

Plutôt courte mais large et haute, elle ne mesure que 2,07 mètres de longueur pour 1,60 mètre de large et 1,74 mètre de hauteur. Le volume intérieur est assez curieusement occupé. Le conducteur entre par l'avant et s'assoit sur un siège unique. Il ne trouvera pas de volant mais un joystick latéral, comme sur les Airbus. Ses passagers entreront par l'arrière en soulevant une large porte transparente et s'installeront dans le sens contraire de la marche. Les deux petites roues avant, minuscules et très rapprochées, font de l'Airpod plutôt un tricycle qu'une voiture à quatre roues.

D'après le constructeur, l'engin, avec son moteur bicylindre, roulerait à 45 km/h ou 70 km/h « selon la version », et offrirait une autonomie de 220 kilomètres, grâce à un réservoir en fibres de carbone enfermant 200 litres d'air comprimé à 350 bars. Selon MDI, le prix estimé serait de 6.000 euros pour un coût d'utilisation de 50 centimes aux cent kilomètres. Une version dite Cargo, sans banquette arrière, est aussi prévue.

Air France s'intéresse depuis un an à ce concept pour des véhicules qui pourraient circuler dans les aéroports. MDI travaille sur le projet Autolib, qui viendrait, à Paris, compléter les Vélib, ces bicyclettes en libre-service. La mairie de Nice se dit elle aussi intéressée. L'Airpod vient d'ailleurs de réaliser une démonstration remarquée dans les rues de la ville...

Cela vous intéressera aussi