Planète

Impact du réchauffement climatique sur le plus petit papillon du globe

ActualitéClassé sous :climatologie , Réchauffement climatique , Papillon

Le dernier numéro de la revue Conservation Biology examine la viabilité du plus petit papillon diurne, Pseudophilotes sinaicus, en intégrant les résultats des pressions exercées par la population humaine sur celui-ci.

Pseudophilotes sinaicus Crédit : http://www.leps.it

L'étude prédit que sans trois activités directement liées à l'homme : réchauffement global, pâturages et collections de plantes, ce papillon vivrait au moins encore 200 ans. En outre, la population résisterait à de petits accroissements en terme d'intensité de pâturage, mais non à des augmentations de température. L'accroissement de l'impact du réchauffement global s'accompagnerait d'une accélération rapide de l'extinction. Ceci implique, selon Martin Hoyle et Mike James, les auteurs de l'article sur le sujet, qu'il y aurait une température annuelle moyenne, spécifique à chaque espèce en danger, au-dessus de laquelle l'extinction deviendrait beaucoup plus probable. De tels seuils n'existeraient pas en ce qui concerne la pression de pâturage.

Pseudophilotes sinaicus est endémique au protectorat de St Katherine, une des régions de l'Egypte les plus récemment déclarées protégées. Les chercheurs ont étudié la répartition de ce papillon et recueilli les données concernant l'intensité du pâturage du bétail. Le nombre croissant de familles vivant sur le protectorat élève un petit troupeau de chèvres et de moutons dont l'alimentation intègre les plantes à partir desquelles les papillons prospèrent. D'après le modèle construit par les chercheurs, le danger mortel ne vient pas de là mais de certains niveaux de température, s'ils étaient atteints.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi