Les fenêtres de toit sont économiques à installer, en rénovation comme en construction neuve. Elles assurent un maximum de lumière dans les combles, tout en optimisant le confort thermique et phonique.

Cela vous intéressera aussi

À surface égale, une fenêtre de toit peut apporter jusqu'à 40 % de luminositéluminosité en plus qu'une lucarne classique ou une baie située en pignon. C'est dû à son inclinaison, qui fait entrer plus profondément la lumièrelumière dans les comblescombles qu'une ouverture verticale. Par ailleurs, la lumière du jour exerce une action bénéfique sur notre santé physiquephysique et mentale en renforçant nos défenses immunitaires et notre moral. Sur un plan pratique, un bon éclairage naturel permet d'économiser l'électricité en limitant le recours à la lumière artificielle. Avec les fenêtres de toit de nouvelle génération, le gain est d'autant plus important qu'il se traduit par une efficacité énergétique accrue.

Qu’elle équipe un chien-assis ou un autre type de lucarne, la fenêtre verticale présente l'inconvénient de réduire l'angle de pénétration de la lumière naturelle. © M.B.
Qu’elle équipe un chien-assis ou un autre type de lucarne, la fenêtre verticale présente l'inconvénient de réduire l'angle de pénétration de la lumière naturelle. © M.B.

Poser une fenêtre de toit, c’est simple et rapide

Une trémietrémie délimite l'emplacement de la fenêtre de toit. Elle se réalise dès la constructionconstruction de la maison ou après coup, lors de l'aménagement des combles. Ses dimensions sont déterminées par celles du dormantdormant (le bâti fixe), augmentées d'une marge d'ajustement. Une fois la fenêtre déballée, on commence par désolidariser l'ouvrant du dormant. Le dormant se pose en premier. Il se fixe au moyen de pattes métalliques sur les éléments délimitant l'ouverture : chevêtrechevêtre, liteaux...

Ici, un bloc spécial à encastrer assure l’isolation périphérique entre le chevêtre et le dormant. © Point P
Ici, un bloc spécial à encastrer assure l’isolation périphérique entre le chevêtre et le dormant. © Point P

La notice de montage indique le jeu à ménager en fonction du modèle choisi et du type de couverture : ardoiseardoise, tuiletuile mécanique ou canal, etc. L'ouvrant se replace ensuite sur le dormant. Diverses astuces d'aides à la pose peuvent être fournies : numérotation des profilés dans l'ordre du montage, « détrompeurs » pour fixer précisément les pattes ou régler l'écartement entre deux châssis juxtaposés ou superposés. Après avoir vérifié l'équerrage et le bon fonctionnement de l'ensemble, on peut entreprendre la pose du kit d'étanchéité et des raccords extérieurs. La mise en place s'effectue du bas vers le haut de la fenêtre, de manière à respecter un recouvrement dans le sens de la pente. Ainsi, l'eau de pluie pourra s'écouler en évitant les risques d'infiltrations.

De multiples combinaisons sur un ou deux pans

Le nombre et l'emplacement des ouvertures, face à face ou décalées, s'étudient en fonction de la surface, de la pente et de l'orientation de la toituretoiture. La position du toit par rapport à la course du soleilsoleil influence en effet la quantité de lumière diffusée dans les combles. Des fenêtres de toitfenêtres de toit réparties sur chaque versant assurent par beau temps un maximum d'ensoleillement tout au long de la journée. La luminosité est à l'avenant. De même, superposer deux châssis est une bonne solution pour bénéficier à la fois d'une bonne luminosité et d'une vue extérieure bien dégagée. Bon à savoir : si celui du bas descend sous la hauteur d'allègeallège minimale (90 cm), il convient de le choisir avec un vitragevitrage fixe en guise de garde-corpsgarde-corps. Une vitre intérieure feuilletée apportera une sécurité supplémentaire aux utilisateurs, petits ou grands.

Juxtaposées sur le même plan, les fenêtres de toit forment une verrière donnant sur le ciel et les alentours. © Sarl Tournier
Juxtaposées sur le même plan, les fenêtres de toit forment une verrière donnant sur le ciel et les alentours. © Sarl Tournier

Voir aussi

Le coût d'une toiture au m²