Lames de chêne massif, finition verni mat, posées à bâton rompu. © Parqueterie française
Maison

Comment choisir son parquet massif ?

Question/RéponseClassé sous :Bâtiment , Bricolage , décoration

Le parquet massif est un revêtement noble, 100 % naturel, qui séduit depuis des siècles. Authentique, chaleureux, il crée des sols à haute valeur ajoutée, faciles à rénover et à longue durée de vie. On peut le poser dans toutes les pièces de la maison, y compris la cuisine ou la salle de bains, à condition de choisir une essence de bois résistante à l'humidité ou d'appliquer un traitement adapté.

Le parquet massif se caractérise par ses lames bouvetées (à rainures et languettes) usinées d'une seule pièce. Si le chêne est l'essence reine sous nos latitudes, de nombreux autres bois peuvent s'utiliser en parqueterie :

  • bois européens : acacia, bouleau, châtaignier, épicéa, frêne, hêtre, noyer, pin Douglas ou du Nord...
  • bois exotiques : amarante, bambou, doussié, merbau, moabi, ipé, iroko, jatoba, padouk, teck, wengé...
1. Chêne - 2. Pin noueux - 3. Pin Douglas - 4. Châtaignier. © Bois de France

Adapter le parquet à son usage : une priorité

Le parquet se choisit en fonction de la pièce de destination et de la résistance attendue. Sa dureté est un premier élément à prendre en compte. Mesurée en Newton par millimètre carré (N/mm2) selon l'échelle de Brinell, elle reflète la résistance au poinçonnement de l'essence concernée. Le classement s'établit sur 4 niveaux d'ordre croissant.

Classes de dureté Brinell. © Futura Maison

Le choix doit aussi prendre en compte les spécifications des normes de référence NF EN 13226 (de 2009) et XP B 53-669 (de 2012).

La norme NF EN 13226 définit les types d'usage en fonction de la fréquentation. Pour le résidentiel, elle retient trois classes principales, identifiées par un nombre.

  • 21 : usage domestique modéré, passage faible ou intermittent (chambres, couloirs...) ;
  • 22 : usage domestique général, passage moyen (entrée, séjour sans accès sur l'extérieur...) ;
  • 23 : usage domestique élevé (cuisine, pièces donnant sur l'extérieur ou à usage professionnel).

La norme XP B 53-669 classe la dureté et le type d'usage selon l'épaisseur de la couche d'usure du parquet (massif ou contrecollé).

Les classes 31 à 41 s’appliquent aux usages commerciaux et industriels. © Futura Maison

D'autres paramètres sont également à vérifier, comme la durabilité (naturelle ou biologique), la qualité de l'air intérieur (émissions de COV), l'aspect (brut ou finition d'usine), le mode de pose, la compatibilité avec un plancher chauffant.

Deux épaisseurs de parquet massif pour deux types de pose

Traditionnellement, le parquet massif se pose cloué sur lambourdes ou solives. Les lames utilisées ont une épaisseur variable de 20 à 23 mm, selon la provenance. Les largeurs proposées s'échelonnent en moyenne de 70 à 200 mm. Le clouage s'effectue à l'aide de pointes tête homme plantées en biais dans l'angle supérieur de la languette.

Les têtes des pointes s’enfoncent dans le bois au chasse-clou pour ne pas gêner l’emboîtement de la lame suivante. © M.B. Futura Maison

Le parquet massif à coller se compose de lames plus minces : de 12 à 15 mm d'épaisseur seulement. Elles s'assemblent de la même façon à rainures et languettes. La colle à parquet s'étale à la spatule crantée sur le support qui doit être plan, propre et sec.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !